Fermer

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo transférée à Abidjan pour des soins

Simone Gbagbo (à g.) est détenue à Odienné depuis avril 2011. © DR

C'est dans un vol spécialement affrété par l'État ivoirien que l'ancienne première dame Simone Gbagbo a été transférée à Abidjan, jeudi 2 mai. Elle y a été admise dans un établissement hospitalier pour des "pathologies liées à l'âge", selon un proche.

Simone Gbagbo a été évacuée d’urgence, jeudi 2 mai, de son lieu de détention d’Odienné vers Abidjan pour y subir des traitements médicaux. « Les autorités judiciaires ont accédé à ma requête, de manière à lui administrer des soins appropriés », réagit l’avocat de l’ex-première dame, Ange-Rodrigue Dadjé.

« À Odienné, celle-ci n’avait accès qu’a des médecins généralistes. Certaines pathologies liées à son âge sont apparues. Mais son état n’est pas très grave », explique à Jeune Afrique un proche de l’épouse de Laurent Gbagbo. Détenue depuis avril 2011 à Odienné, la ville natale de la mère du président Alassane Ouattara, Simone Gbagbo n’a pas été écrouée mais gardée en résidence surveillé, la présidence ivoirienne souhaitant qu’elle soit traitée dignement. Elle a été inculpée de crimes économiques et de génocide, entre autres crimes de sang.

Les autorités ivoiriennes ont affrété un vol médicalisé pour la transporter à Abidjan, où elle a été admise dans un établissement hospitalier. Par le passé, plusieurs caciques de l’ancien régime ont eux aussi été transférés de leurs lieux de détention au Nord du pays vers le Sud pour des raisons médicales : Narcisse Kuyo Tea (ex-chef de cabinet de Laurent Gbagbo), Geneviève Bro-Grégbé, chef de file des femmes patriotes, Michel Gbagbo, fils de l’ex-chef de l’État (qui est retourné a Bouna après ses soins à Abidjan) et Aboudramane Sangaré, ex-chef de l’inspection générale d’État désormais incarcéré à la Maca.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici