Fermer

La lutte sénégalaise veut frapper un grand coup à Paris-Bercy

Balla Bèye a battu Serigne Dia à Thiès, en 2006. © Capture d'écran/JA

Pour la première fois de son histoire, la lutte sénégalaise ("avec frappe") se délocalise à Paris. Un combat de gala est prévu, le 8 juin, entre Balla Bèye et Serrigne Dia alias "Bombardier" dans la salle du Palais omnisport de Bercy. Objectif : faire découvrir au monde la "spécificité" du sport roi au pays de la Teranga.

Exporter la lutte sénégalaise ? Le rêve est devenu réalité. Depuis qu’il a rejoint en 2005 le groupe restreint des « promoteurs » – organisateurs des combats de lutte au Sénégal -, Amadou Badiane s’est fixé comme objectif de parvenir un jour à « faire découvrir au monde entier la spécificité de ce sport roi du pays de la Teranga ». Objectif désormais atteint pour l’homme d’affaires dakarois. Sa maison de production, « Badiane Production », organise, le 8 juin, un « gala de lutte sénégalaise » dans la salle du Palais omnisport de Paris-Bercy (POPB) : le « World African Wrestling ».

« Par cet événement, je voudrais exposer aux yeux du monde la spécificité de la lutte sénégalaise qui est une partie de l’ensemble culturel de mon pays [le Sénégal, NDRL] », explique à Jeune Afrique Amadou Badiane. « Au Sénégal, cette discipline, c’est le sport national ; elle suscite chaque semaine l’engouement, depuis bien des années. Il était donc temps de la faire découvrir aux autres communautés », ajoute-t-il, expliquant qu’il lui a fallu tout de même « une année pour parvenir à organiser ce combat ».

À l’affiche, deux grands noms de la lutte sénégalaise : Balla Bèye (Baboye) alias « l’Ouranga de Pikine » face à Serigne Dia alias « Bombardier ». Un combat aux allures revanchardes pour ce dernier puisqu’il avait été battu à Thiès en 2006 par son adversaire de la soirée. Combien ont-ils touché pour accepter de venir s’affronter à Bercy ? Le promoteur dit « n’avoir pas le droit de communiquer ces chiffres » sans l’accord des lutteurs. « Clause de confidentialité », ou les sommes sont-elles trop vertigineuses pour être décemment dévoilées ? On n’en saura pas plus. Pour l’instant, du moins. Amadou Badiane se contente de nuancer : « Comme c’est une première, les lutteurs ont accepté quand même de nous faire de bons tarifs. » Entendre : pas trop exubérants…

"Levée de rideau"

À part les deux « VIP », d’autres lutteurs seront également de la partie pour des combats de « levée de rideau ». On signale notamment la présence du jeune Elton, le petit poussin de Balla Gaye 2, l’actuel roi des arènes au Sénégal. Assurance de Mbour, vainqueur du championnat de lutte intensive avec frappe (Clif) en 2011 et Super Étoile, qui a remporté le championnat de lutte avec frappe (Claf) en 2010, feront également le déplacement. Sans oublier celui qu’on surnomme à Dakar le « Lion blanc » des arènes sénégalaises, l’Espagnol Juan Espino, tombeur de Cobra au mois de mars (voir vidéo ci-dessous).

;

« Nous comptons sur la diaspora sénégalaise mais aussi sur les ressortissants des autres pays pour venir remplir les 15 000 places de Bercy », glisse Amadou Badiane d’un air confiant. Il a déjà le « soutien » de la Fédération française de lutte qui « [lui] a accordé l’autorisation d’organiser des combats sur le territoire français ».

Et pour « médiatiser au maximum l’événement », Amadou Badiane a signé un partenariat avec Canal Plus Afrique. La chaîne du groupe Vivendi « diffusera en direct les trois heures des combats dans 25 pays du continent ». Des artistes africains comme Youssou Ndour – également ministre sénégalais du Tourisme – mais aussi Magic system, Mory Kanté, Ray Lema… seront présents pour agrémenter la soirée. L’événement se veut ainsi une « grande fête culturelle sénégalaise » dans la capitale française. « Sa réussite sera celle de l’Afrique toute entière », s’enflamme Amadou Badiane.

____________________________

Par Trésor Kibangula

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici