Fermer

En France, près du tiers des médecins étrangers sont d’origine maghrébine

Écrit par Charlotte Cosset

En France, quelque 8% des médecins ont aquis leur diplôme à l'étranger.. © AFP

Le Conseil national de l’ordre des médecins a publié sa septième édition de l’Atlas national de la démographie médicale, le 4 juin. En ressort la constante augmentation du nombre de médecins étrangers, africains en général et maghrébins en particulier, exerçant sur le territoire français.

Désormais, selon le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), 22,2% des médecins étrangers exerçant en France sont des diplômés d’Algérie, 5,8 % viennent du Maroc, 2,5 % de Tunisie et 1 % d’Égypte, soit environ 31,5 % d’origine maghrébine. Près du tiers.

Publié dans la septième édition de l’atlas national de la démographie médicale, le chiffre des diplômés étrangers est en hausse de plus de 6% en un an et de 43% sur la période 2008/2013. Les projections du CNOM prévoient une nouvelle progression de l’ordre de 34% d’ici à 2018.

En tout, 19 762 médecins sur 215 865 exerçant en France au 1er janvier 2013 disposent d’un diplôme obtenu à l’étranger, ce qui représente quelque 8% des inscrits au tableau de l’ordre des médecins. Toutes les régions sont concernées par cette progression.

Parmi les médecins titulaires d’un diplôme obtenu à l’étranger, plus de la moitié ne sont pas originaires de l’Union européenne, ce qui représente près de 10 000 médecins. Parmi ces derniers les diplômés algériens représentent 40% des effectifs, suivis par les médecins diplômés de Syrie (11%) et du Maroc (10,5%).

Le Maghreb à lui seul comprend plus des deux tiers des médecins disposant d’un diplôme extra-européen. Plus généralement, la majorité de ces médecins sont des Africains ou originaires du continent (plus de 62,6 %). Parmi les dix premières nationalités figurent, en plus des diplômés des pays du Maghreb, ceux de Madagascar et du Sénégal.

La majorité des médecins étrangers exercent en tant que salariés, contrairement à leurs confrères français qui pratiquent plutôt en libéral. Une tendance qui semble confirmer le fait que nombre d’hôpitaux font appel à eux pour combler le manque de spécialistes dans certains domaines, comme la radiologie ou l’anesthésie.

Alors que la France tente toujours de trouver des solutions aux déserts médicaux, l’arrivée de médecins étrangers « ne vas pas régler les difficultés» affirme la géographe de santé du CNOM, Gwenaëlle Le Breton. Selon elle, les médecins venus de l’étranger ne sont pas plus attirés par l’installation en milieu rural que les Français. Pourtant l’Auvergne et le Limousin, régions à caractère rural, sont celles qui accueillent le plus de diplômés étrangers.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici