Fermer

Nelson Mandela toujours en « soins intensifs », selon la présidence sud-africaine

Winnie Madikizela-Mandela rend visite à Nelson Mandela à l'hôpital, le 10 juin 2013. © AFP

Au quatrième jour de son hospitalisation, on ne sait pas grand-chose sur l’évolution de la santé de Nelson Mandela. Selon la présidence sud-africaine, le héros de la lutte anti-apartheid se trouve toujours en "soins intensifs". Mais, il "va bien", rassure une de ses filles.

Quatrième nuit d’hospitalisation en « soins intensifs » pour Nelson Mandela. L’ancien président sud-africain se trouve toujours dans un état grave après une nouvelle récidive d’une infection pulmonaire. Mais Madiba « va bien », tente de rassurer Zindzi, sa fille, interrogée par The Guardian. « C’est un combattant », ajoute-t-elle.

Les autorités sud-africaines veillent à ne pas laisser filtrer trop d’informations sur l’état de santé de l’héros national. Même le nom de l’établissement où Nelson Mandela, aujourd’hui âgé de 94 ans, n’a pas été communiqué. Mais les arrivées successives de certains de ses proches dans un hôpital spécialisé de Pretoria ont entraîné l’engouement des journalistes locaux et internationaux devant l’hôpital, avant d’être priés par la police de quitter les lieux à la nuit tombée.

"Restrictions médicales"

« Il y a des restrictions médicales et [les médecins] aimeraient limiter le flux de visiteurs » pour éviter les risques d’infections, s’est justifié Mac Maharaj. Une façon pour le porte-parole de la présidence de démentir des informations relayées par les médias sud-africains, selon lesquelles la famille Mandela se serait réservé les visites, interdisant l’accès à l’hôpital aux responsables politiques du pays.

Jusqu’ici, on a vu défiler à l’hôpital où Nelson Mandela serait admis, ses filles – Zenani Mosizwe Dlamini, ambassadrice sud-africaine en Argentine – notamment et plusieurs de ses petits-enfants. Son ex-femme, Winnie Madikizela-Mandela, est également passée, le 10 juin, lui rendre visite.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici