Fermer

Cameroun : Marcel Niat Njifenji élu président du Sénat

Marcel Niat Njifenji est le premier président du Sénat camerounais. © DR

À 79 ans, l'ancien vice-Premier ministre Marcel Niat Njifenji a été porté à la tête du Sénat camerounais par une écrasante majorité des élus. C’est lui qui assumera l’intérim en cas d’un empêchement définitif de l’actuel chef de l’État, Paul Biya.

Avec 86 voix sur 100, la candidature de Marcel Niat Njifenji à la présidence du Sénat camerounais, présentée par le parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais, est passée comme une lettre à la poste, mercredi 12 juin. Le vote blanc des 14 élus du Social Democratic Front (SDF), principale formation politique de l’opposition, n’y a rien fait.

Marcel Niat Njifenji a été préféré à un autre ancien Premier Ministre et Grand Chancelier des ordres nationaux, Peter Mafany Musongue, donné pour favori par beaucoup d’analystes politique. Ce dernier s’en sort néanmoins avec le poste de président du groupe parlementaire RDPC au Sénat. Dans la bataille entre les élus du Grand-Nord et ceux des deux régions anglophones du pays pour le contrôledu perchoir, le président Biya a choisi l’un de ses plus fidèles lieutenants, originaire de l’Ouest, fief de l’opposition. L’enjeu étant la suppléance, en cas de vacance du pouvoir.

Ancien directeur de la SNE

Ingénieur des ponts et chaussées, Marcel Niat, né le 26 octobre 1934 à Bangangté dans la région de l’Ouest bamileke, a fait ses études à l’École Supérieur d’Électricité de Paris. Puis il fait carrière au sein de la Société Nationale d’Electricité dont il devient directeur général adjoint, puis directeur général. Ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire à la veille du retour au multipartisme en 1990 au Cameroun, Marcel Niat Njifenji est nommé Vice-premier ministre, ministre des Mines, de l’Eau et de l’Énergie. En 2001, Marcel Niat a quitté les affaires pour retourner dans sa région natale où il se consacrait jusuqe là à l’agriculture.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici