Fermer

Gérard Depardieu souhaite acquérir le passeport algérien

Gérard Depardieu exhibe son passeport russe. © AFP

Gérard Depardieu français. Gérard Depardieu tchétchène. Gérard Depardieu russe. Et Gérard Depardieu algérien ? Dans une interview au "Journal du Dimanche", l'acteur a déclaré qu’il souhaitait acquérir un passeport algérien, en sa qualité d’ "homme libre" et de "citoyen du monde".

« J’ai sept passeports de plusieurs pays que j’aime. Enfin, j’aimerais en avoir sept », a confié Gérard Depardieu. « Je vais demander celui de l’Algérie et d’autres encore. Ça m’éviterait de demander des visas car je me considère (…) comme un homme libre et un citoyen du monde ». Fin 2012, l’acteur avait déjà créé la polémique en s’exilant en Belgique, puis en obtenant la nationalité russe, s’affichant régulièrement – plus ou moins sobre- aux côtés du président Vladimir Poutine ou encore du chef de l’État tchétchène, Ramzan Kadyrov.

« Je crois que je corresponds à une image que les Français aiment, celle de quelqu’un de rebelle, qui bouscule les choses, qui est parfois ivre. C’est un peu cet esprit hooligan qui plaît à Poutine », a ainsi assuré le comédien, concluant : « mon ivresse fait partie de ma démesure ».

Les Femen se sont mises à poil, elles n’ont tué personne

Dans la même interview accordée au Journal du Dimanche, Gérard Depardieu s’est également intéressé à la situation en Tunisie et notamment à la condamnation prononcée contre les militantes des Femen la semaine dernière.  « Ce sont des féministes courageuses qui assument leurs actes. Elles se sont mises à poil. Il y a eu des condamnations mais elles n’ont tué personne, […] elles ne vont pas rester en prison. »

L’interprète du Comte de Monte Cristo, de Cyrano de Bergerac ou encore d’Obélix a lui aussi eu maille à partir avec la justice. En mai dernier, le tribunal correctionnel de Paris l’a ainsi condamné, en son absence, à 4 000 euros d’amende et une suspension de permis de dix mois pour conduite en état d’ivresse. Il est également passible de deux ans de prison pour avoir été contrôlé avec 1,8 gramme d’alcool par litre de sang, soit 1,3 gramme au-dessus de la limite autorisée. « Une partie de sa démesure » qui a plu aux autorités russes. Mais plaira-t-elle aux autorités algériennes ?

(Avec agences)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici