Société

Twitter : un hashtag pour Obama au Sénégal

Le couple Obama (au centre) avec Macky Sall et son épouse. © AFP

La visite officielle du président Barack Obama a son "hashtag" dédié sur Twitter. Apparu le 23 juin, #ObamaTakh a suscité un tel engouement que même l'ambassade des États-Unis a choisi de l'adopter…

Les Twittos sénégalais ont encore frappé. Le hashtag (un mot clé introduit dans un message Twitter) spécialement dédié à la visite au Sénégal du président américain Barack Obama a fait tache d’huile en 48 heures. Apparu pour la première fois dimanche 23 juin, #ObamaTakh a été adopté non seulement par la communauté Twitter sénégalaise – et sur Facebook également, qui depuis quelques jours a introduit la possibilité de créer des hashtags – mais aussi par l’ambassade des États-Unis à Dakar, qui avait pourtant lancé son propre hashtag : #ObamaSenegal.

>> À lire sur le même sujet : "Macky Sall à Barack Obama : "Nous ne sommes pas prêts à dépénaliser l’homosexualité""

En wolof, « Obama Takh » signifie « c’est à cause d’Obama », ou encore « c’est grâce à Obama ». Une acception réversible qui rend le hashtag d’autant plus intéressant qu’il est susceptible de traduire la complainte comme la célébration. Tandis que les Dakarois s’en servent pour ironiser sur les perturbations de leur vie quotidienne causées par la visite de Barack Obama, l’ambassade des États-Unis l’utilise pour souligner les actions de soutien de la Maison Blanche à l’Afrique et au Sénégal.

« #ObamaTakh personne n’arrive plus à accéder correctement à l’île de Gorée », lance Cheikh Fall (@cypher007), l’inventeur du hashtag, le 23 juin. Un autre usager sénégalais de Twitter rebondit aussitôt : « #ObamaTakh tout le quartier des Almadies est sous haute surveillance et la capitale sénégalaise commence à se faire une beauté ». Le même jour, Amnesty international Sénégal reprend le mot-clé dans un Tweet. Rapidement, le buzz fait boule de neige. Le 26 juin, l’ambassade des États-Unis au Sénégal abandonne son propre hashtag pour entrer dans la danse : « #ObamaTakh, @FeedTheFuture investit dans la sécurité alimentaire pour aider le Sénégal ». Au lendemain de l’arrivée du président américain, Youssou Ndour en personne l’utilise. 

Blogosphère "soudée"

L’inventeur du mot-clé #ObamaTakh n’est est pas à son coup d’essai. À la fin des années 2000, avec un autre Twitto sénégalais, Cheikh Fall avait lancé #kebetu, qui continue d’être largement utilisé. « Nous voulions trouver un terme permettant de sénégaliser Twitter, raconte le trentenaire, qui se définit comme un journaliste citoyen et un cyber-activiste. Nous avons alors opté pour ce mot wolof qu’on peut traduire par “soliloquer”, “gazouiller” » Quelques années plus tard, à l’approche de l’élection présidentielle de 2012, dans un climat de tension aiguisé par la décision d’Abdoulaye Wade de briguer un troisième mandat, Cheikh Fall lance le hashtag #sunu2012 (« sunu » signifie « notre » en wolof). « Il s’agissait d’attirer la presse nationale et internationale ainsi que les Sénégalais présents sur Twitter, poursuit Cheikh Fall. Ce mot-clé devait canaliser les informations disponibles sur l’élection, c’était le signe de ralliement des e-observateurs qui entendaient veiller à la régularité du scrutin. »

« Avec ces hashtags sénégalisés en ayant recours à des termes wolofs, nous voulons montrer que la blogosphère sénégalaise est soudée et singulière, analyse Basile Niane (@basileniane), journaliste et président du réseau des blogueurs sénégalais. Nous sommes interconnectés, c’est pourquoi ces mots-clés se mettent à grandir et même à s’imposer hors du Sénégal. » Avec #ObamaTakh, chacun s’amuse désormais à enfiler les perles au second, voire au troisième degré : #ObamaTakh, la circulation est perturbée, le débit du Web est ralenti, on ne peut pas se garer en centre-ville… En face, l’ambassade des États-Unis renvoie la balle avec humour : #ObamaTakh, USAID aide des agriculteurs sénégalais à augmenter leur rendement, des millions de personnes à travers le monde réfléchissent sur le changement climatique, la farine enrichie améliore la nutrition dans les zones rurales du Sénégal… 

« L’ambassade américaine a bien compris notre jeu », se réjouit Cheikh Fall, qui s’est fendu d’un Tweet de félicitations à l’animateur du compte.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que les Tweets sénégalais à propos de la visite de Barack Obama sont exclusivement négatifs. Car à cette occasion, Dakar a partiellement changé de visage : artères nettoyées de leurs ordures, nids de poule rebouchés, circulation automobile fluide… #ObamaTakh !

________
  – Voir le Storify de Cheikh Fall sur l’histoire du hashtag avec captures écran.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte