Fermer

L’Élysée confirme la mort de l’otage français Philippe Verdon au Mali

Philippe Verdon, le 6 janvier 2004 à Moroni. © Youssouf Ibrahim/AFP

Dans un communiqué publié le 15 juillet au soir, le président français, François Hollande, a confirmé la mort de Philippe Verdon. Et apporté son soutien aux familles des sept autres otages toujours détenu au Sahel, dont cinq français.

C’est officiel : selon un communiqué publié lundi 15 juillet au soir par l’Élysée, la mort de l’otage français Philippe Verdon, enlevé dans la nuit du 24 novembre 2011 dans son hôtel de Hombori (nord du Mali) avec son compatriote Serge Lazarevic, est confirmée. « La dépouille sera transférée le plus vite possible dans notre pays et les autopsies permettront de connaître les causes de son décès », indique le président français dans le document.

« Les responsables de la mort de notre compatriote devront être identifiés et traduits devant la justice », a ajouté François Hollande. « Nous avons retrouvé une dépouille il y a 10 jours au Nord Mali, nous faisons tout pour avoir confirmation que ce pourrait être, hélas, le corps de Philippe Verdon. Nous analyserions à ce moment-là les causes de la mort et rien ne sera impuni », avait-il déclaré plus tôt dans la journée.

Voyage d’affaires

Le décès de Philippe Verdon avait été annoncé le 19 mars par l’organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) mais jamais formellement confirmé par les autorités françaises, qui ne cachaient toutefois pas leur pessimisme. Âgé de 53 ans, Philippe Verdon souffrait en partant pour le Mali d’un ulcère et de tachycardie.

Lors de l’enlèvement des deux Français, Ils étaient en voyage d’affaires pour un projet de cimenterie, selon leurs proches. Serge Lazarevic reste détenu par Aqmi. Sept Français au moins sont toujours otages en Afrique.

« Je mesure l’angoisse des familles dont les proches sont toujours retenus en otages au Sahel et je tiens à les assurer que le gouvernement continue à se mobiliser pleinement pour obtenir leur libération et leur retour en France », a également déclaré le président français lundi soir.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici