Fermer

Peine de mort : l’exécution de Warren Hill, retardé mental, fixée à vendredi

Warren Hill, condamné à mort malgré son retard mental. © AFP

Alors que l'assassin de Trayvon Martin a été acquitté, Warren Hill doit être exécuté vendredi 20 juillet. Cet Africain-Américain a pourtant été reconnu attardé mental par tous les experts qui ont eu affaire à lui, mais il a épuisé ses recours sur le fond.

En Géorgie, l’exécution de Warren Hill a déjà été reportée trois fois : en juillet 2012, en février de cette année et lundi dernier, en raison d’une requête concernant l’origine du produit qui lui sera injecté, le pentobarbital. Celle-ci doit être examinée jeudi 19 juillet à 8h, alors que la mise à mort du condamné est fixée au lendemain à 19h (23h GMT) à la prison de Jackson.

Condamné en 1991 pour le meurtre d’un prisonnier dans la centrale de Géorgie où il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre de sa compagne, Warren Hill a épuisé ses possibilités d’appel sur le fond. Or si les médecins qui l’ont examiné sont désormais unanimes à reconnaître son retard mental, son diagnostic n’a pas été reconnu par la justice de Géorgie au moment de sa condamnation.

Souffrance inutile

Pourtant, la Cour suprême a jugé en 2002 que l’exécution de personnes souffrant de troubles mentaux était contraire à la Constitution. L’avocat de Warren Hill, Brian Kammer, n’a plus comme seule ressource que de contester une loi récente qui permet à l’État de Géorgie de garder secrète l’origine du pentobarbital, produit qui est difficile à trouver depuis que de nombreux fabricants européens refusent d’en vendre à des fins d’exécution.

Kammer estime que sans information sur la source du produit, son client risque d’être soumis à des produits périmés qui provoquent une souffrance inutile. Reste que l’exécution de Warren Hill est désormais quasi-certaine. Alors même qu’un Blanc, George Zimmerman, vient d’être acquitté après avoir tué un Noir, Trayvon Martin, elle risque elle aussi d’enflammer la question raciale, un sujet toujours aussi explosif aux États-Unis.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici