Fermer

Égypte : la détention de Mohamed Morsi prolongée de 15 jours

Par Jeune Afrique

Manifestation pro-Morsi, au Caire le 11 août 2013. © AFP

Les partisans du président déchu, Mohamed Morsi, devront patienter. La justice égyptienne a décidé, lundi 12 août, de prolonger sa détention de 15 jours.

Alors que ses partisans manifestent depuis plusieurs semaines pour demander sa libération, la justice égyptienne a décidé, lundi 12 août, de prolonger de 15 jours la détention de Mohamed Morsi.

Destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet, le président égyptien est toujours détenu par l’armée dans un lieu tenu secret. Inculpé pour son implication présumée dans des opérations meutrières imputées au Hamas et visant les forces de sécurité lors de la révolte contre Hosni Moubarak en 2011, il a été formellement incarcéré le 26 juillet.

Cette décision ne devrait pas calmer les ardeurs des pro-Morsi. Les partisans du président déchu manifestaient toujours lundi. Après l’expiration d’un ultimatum, la police menace à tout moment de disperser les islamistes barricadés depuis plus d’un mois sur deux places du Caire. Sur la place Rabaa al-Adawiya, le bastion des manifestants pro-Morsi transformé en camp retranché, des dizaines d’hommes casqués et munis de bâtons se sont massés juste après la prière de l’aube sur les barricades de briques et de sacs de sable qui barrent les entrées principales du véritable village de tentes installées autour de la mosquée.

Sur une grande tribune sonorisée, les leaders des Frères musulmans se relaient inlassablement pour réclamer la restauration de Mohamed Morsi et la fin du "coup d’État". "Nous aurons des martyrs. Le prix à payer sera élevé mais la victoire nous attendra au bout du chemin", a lancé l’un d’eux.

Lire aussi : Pour Mohamed Morsi, jusqu’à la mort

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici