Fermer

Tunisie : journée de quelle femme ?

Par Jeune Afrique

L'oeil de Glez. © Glez

57 ans après la promulgation du code du statut personnel qui octroyait aux femmes des droits inédits dans le monde arabe, qu’est devenue la Tunisienne ? Ce mardi, journée tunisienne de la femme, deux manifestations affirment leurs visions antagonistes.

Au pouvoir, mais confronté à des dissensions autour de l’Assemblée nationale constituante (ANC), le parti islamiste Ennahdha appelle à un rassemblement à Tunis, à partir de 16 heures sous le slogan « les femmes de Tunisie, piliers de la transition démocratique et de l’unité nationale ». Remontés depuis l’assassinat du député Mohamed Brahmi, le 25 juillet, les opposants au régime actuel mobiliseront leurs partisans, eux, sur la place faisant face à l’ANC. La coalition d’opposants réclame un gouvernement de technocrates et la dissolution de l’ANC.

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro