Fermer

Bloqué au Qatar, le footballeur franco-algérien Zahir Belounis sera défendu par Me Franck Berton

Zahir Belounis s'était confié sur France 2, en juin 2013. © DR (capture francetvsport.fr)

En litige avec son club d’Al-Jaish au Qatar, le footballeur franco-algérien Zahir Belounis va être défendu par Me Franck Berton, qui s’était occupé de Florence Cassez lors de sa détention au Mexique.

Zahir Belounis (33 ans), qui n’est plus payé depuis plus de deux ans par son club d’Al-Jaish, verra son dossier défendu par l’avocat français Franck Berton, dont on avait beaucoup entendu parler lors de l’affaire Florence Cassez. « Je dois rediscuter avec Me Berton en début de semaine prochaine, avant de savoir quelle stratégie sera mise en place. Il y aura peut-être une action en justice », a expliqué le joueur, contacté par Jeune Afrique.

Embauché en 2007 par le club de division 2 du Qatar, Belounis avait signé à nouveau pour 5 ans en 2010. En mars dernier, alors qu’il ne recevait plus son traitement depuis 21 mois, il avait décidé de porter l’affaire devant les tribunaux qataris. Sans succès. Le Qatar n’autorisant pas les étrangers qui possèdent un permis de travail à sortir de son territoire sans bon de sortie de l’employeur, Belounis se retrouve coincé à Doha.

Le 23 juin, le joueur a rencontré Français Hollande, lors de la visite officielle du chef de l’État français au Qatar. Accompagné de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, et de Manuel Valls, son homologue de l’Intérieur, François Hollande avait assuré à Belounis que son dossier était suivi de près. « Je crois toujours à ce que m’a dit le Président de la République, qui s’était montré rassurant, mais depuis notre entrevue, je n’ai pas eu de nouvelles. C’est pour cela que j’ai décidé de faire bouger les choses. Je suis très heureux que Maître Berton défende mon cas. »

Le joueur, qui demande le règlement de ses salaires, a déposé une plainte contre son club. «Les dirigeants sont d’accord pour me délivrer mon visa de sortie, à condition que je retire ma plainte. Ce que, bien sûr, je ne ferai pas, car je risquerais de ne plus pouvoir prétendre à ce qui m’est dû. »

Actuellement sans ressources, Zahir Belounis a reçu récemment un courrier de son club, lui demandant de régler le loyer mensuel (4 000 euros) de la maison qu’il occupe avec sa femme et ses enfants. « Il est marqué dans mon contrat que le loyer est pris en charge par Al-Jaish. Donc, je ne sortirai pas un euro de ma poche », a-t-il assuré. La bagarre continue…

Lire aussi : Abdeslam Ouaddou : « Au Qatar, on vous jette pour un oui ou pour un non »

Par Alexis Billebault

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici