Les États-Unis sanctionnent le Rwanda, accusé de soutenir le recrutement d’enfants-soldats par le M23

Par Jeune Afrique

Des enfants jouent près d'un soldat rebelle du M23 le 7 mars 2013 à Bunagana. © AFP

Les États-Unis ont annoncé jeudi qu'ils avaient pris des sanctions contre le Rwanda. Washington accuse Kigali d'être impliqué dans le recrutement d'enfants-soldats, via un soutien au Mouvement du 23-Mars, en RDC.

C’est une nouvelle accusation directe envers le Rwanda. Jeudi 3 octobre, les États-Unis ont annoncé avoir pris des sanctions contre le Rwanda, dans le cadre d’une loi portant sur le recrutement d’enfants-soldats. "Nous venons d’annoncer une loi sur la protection des enfants soldats", a indiqué lors d’un point de presse sur Internet la nouvelle secrétaire d’État adjointe pour l’Afrique, Linda Thomas-Greenfield.

"Des pays, parmi lesquels le Rwanda, font l’objet de sanctions sous le régime de cette loi, (…) notre objectif est de travailler avec les pays cités pour s’assurer que toute implication dans des cas d’enfants soldats ou dans des recrutements d’enfants soldats cesse. Cette affaire était liée au M23 et nous continuerons d’en discuter avec le gouvernement rwandais", a ajouté Linda Thomas-Greenfield.

>> Lire aussi : "L’avenir des rebelles du M23 en question à Kampala"

La plus haute responsable du département d’État pour l’Afrique n’a ni précisé de quand datait cette loi, ni quelles étaient les sanctions prises contre Kigali.  Après avoir longtemps été l’allié du régime du président rwandais Paul Kagamé, Washington a haussé le ton depuis juillet 2012, en exhortant Kigali à cesser de soutenir les rebelles du M23.

(Avec AFP)

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici