RDC : de l’AFDL de Kabila au M23 de Makenga, la fin d’un cycle ?

Une lance-roquettes abandonnée par le M23 à Tshanzu, le 7 novembre 2013. © MONUSCO/Alexandre Essome

La défaite militaire du Mouvement du 23-mars (M23) amorce-t-elle la fin d’un cycle de violences dans le Kivu ? AFDL, RCD, CNDP, M23, etc. Retour sur les dates clés des rébellions qui ont secoué l’est de la RDC ces deux dernières décennies.

Les rebellions successives dans le Kivu ressemblent à l’histoire des frères ennemis. Depuis l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) en 1996 jusqu’au Mouvement du 23-Mars (M23) en 2012, ce sont souvent des anciens compagnons d’armes qui se sont retournés les uns contre les autres pour se faire la guerre. Un cycle infernal de violences qui a duré près de deux décennies, entraînant la mort de près de huit millions de personnes. Autrement dit, un des conflits les plus meurtriers depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Dans ces conflits du Kivu, les différents acteurs se connaissent donc. Joseph Kabila par exemple, l’actuel président de la République, et Sultani Makenga, le chef militaire du M23, ont en commun l’AFDL. Rebelles, tous les deux ont participé à la première guerre de "libération" qui a mis fin, le 17 mai 1997, aux 32 ans du régime de Mobutu Sese seko. Il en est de même de plusieurs autres commandants et leaders politiques des mouvements rebelles qui se sont succédé dans l’est de la RDC (voir illustration ci-dessous).

Retour sur un cycle de 17 ans de rébellions dans le Kivu.

___________________

Par Trésor Kibangula

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique