Tunisie : des jeunes chômeurs attaquent un poste de police près de Gafsa

Par Jeune Afrique

Des policiers face à des manifestants le 27 novembre 2013 à Siliana. © AFP

Des jeunes chômeurs tunisiens ont attaqué dans la nuit de dimanche à lundi un poste de police dans la région de Gafsa (centre) et ont incendié ses équipements. Ils protestaient contre les résultats d'un concours de recrutement auquel ils avaient échoué.

Un poste de police d’El Guettar, près de Gafsa, a été attaqué dans la nuit du dimanche 5 janvier par des jeunes chômeurs qui protestaient contre les résultats d’un concours de recrutement d’une société publique travaillant dans le domaine de l’environnement. Ils ont profité de l’absence des forces de l’ordre pour vider le poste de police et le siège de la sous-préfecture, brûlant leurs équipements dans la rue.

Les protestataires, mécontents de ne pas avoir été recrutés, avaient déjà tenté samedi de bloquer les accès à la ville avant d’être dispersés sans ménagement par la police. Aucune précision sur ces incidents n’a été fournie par le ministère de l’Intérieur.

>> Lire aussi Tunisie : les oubliés de Gafsa

30% de chômage chez les jeunes diplômés

La région de Gafsa, stratégique en raison de ses mines de phosphates mais parmi les plus pauvres du pays, a été le théâtre en 2008 d’une insurrection nourrie par la pauvreté et réprimée dans le sang. Depuis, des heurts et des manifestations ont régulièrement lieu dans la région, souvent après l’annonce de résultats de concours de recrutement dans les sociétés publiques de la région.

La Tunisie est régulièrement déstabilisée par des conflits sociaux, parfois violents, depuis la révolution de janvier 2011, dont des facteurs clés avaient été la pauvreté et le chômage – qui atteint plus de 30% chez les jeunes diplômés.

(Avec AFP)