Ces sportifs africains qui participeront aux JO d’hiver de Sotchi

La fondeuse togolaise Mathilde Petitjean Amivi. © www.dauphinordique.com

Quatre nations africaines devraient participer aux Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie, du 7 au 23 février. Parmi elles, les "habituelles" délégations marocaine et algérienne, mais aussi une équipe togolaise et un skieur zimbabwéen. 

Davantage habitués aux grands rendez-vous des pistes d’athlétisme et des Jeux olympiques d’été, les athlètes africains ne sont pas pour autant aux abonnés absents pendant les Jeux d’hiver. Depuis 1984 et la participation du skieur sénégalais Lamine Guèye aux JO de Sarajevo, aucune olympiade hivernale ne s’est ainsi déroulée sans sportif du continent.

Pour les JO de Sotchi, qui se tiendront du 7 au 23 février, quatre pays africains devraient être représentés : le Maroc, l’Algérie, le Togo et le Zimbabwe. Si les Marocains et les Algériens ont déjà participé à des Jeux d’hiver, c’est en revanche une première pour les Togolais et Zimbabwéens. L’Afrique du Sud, le Sénégal, le Ghana, et l’Éthiopie, présents aux JO de Vancouver de 2010, ne seront eux pas de la partie en Russie.

  • Maroc

Les Marocains sont des habitués des Jeux d’hiver, auxquels ils ont pris part à cinq reprises (1968, 1984, 1988, 1992, 2010). Lors des derniers JO, en 2010, à Vancouver, le royaume chérifien n’avait toutefois qu’un unique représentant : le skieur alpin Samir Azzimani.

À Sotchi, la délégation marocaine comptera deux skieurs, ou plutôt un skieur et une skieuse. Le premier, Adam Lamhamedi, 18 ans, s’est récemment fait un nom dans le monde du ski alpin. Avant sa majorité, ce canado-marocain natif de Québec choisit de skier pour le Maroc, pays de son père. En 2012, il fait sensation en décrochant la médaille d’or du Super-G aux Jeux olympiques de la Jeunesse, à Innsbruck, en Autriche, devenant le premier Africain à réaliser une telle performance.

Pour ses premiers Jeux olympiques, Adam Lamhamedi s’alignera à Sotchi sur slalom et slalom géant. Son petit frère, Sami, 16 ans, sera lui remplaçant.

Côté féminin, le royaume sera représenté par la skieuse Kenza Tazi. Âgée de 17 ans, cette Marocaine a découvert le ski dans les Alpes françaises, où elle est actuellement en lycée sport-études, près d’Albertville. En Russie, elle participera au slalom et slalom géant.

  • Algérie

En 2010, alors âgé de 17 ans, le skieur de fond Mehdi Selim Khelifi avait été le seul Algérien présent aux Jeux de Vancouver. À l’heure où nous écrivons ces lignes, difficile de savoir si le fondeur, annoncé comme l’unique représentant de son pays à Sotchi, aura à nouveau l’honneur de porter le drapeau verts et blanc lors de la cérémonie d’ouverture.

Alors qu’il a plusieurs fois réussi les minima olympiques, Mehdi Selim Khelifi attend toujours sa convocation de la Fédération algérienne de ski. Le temps presse, la date limite d’engagement étant fixée au 19 janvier. Interrogé par le quotidien El Watan le 13 janvier, Mehdi Selim Khelifi a indiqué avoir essayé plusieurs fois d’entrer en contact avec le président de la fédération, sans succès.

  • Togo

Pour sa première participation à des Jeux d’hiver, le Togo sera probablement la plus importante délégation africaine à Sotchi. La skieuse de fond Mathilde Petitjean Amivi, franco-togolaise s’entraînant dans les Alpes françaises, a décroché sa qualification et participera au 10 km classique. Elle sera accompagnée d’Alessia Afi Dipol, italo-togolaise qui concourra en ski alpin sur l’épreuve du slalom.

Une seconde skieuse de fond togolaise, Awa Tomety, attend toujours sa qualification et rejoindra peut-être ses deux jeunes compatriotes à Sotchi. En revanche, Gervacio Madja, premier skieur togolais à avoir représenté son pays lors d’une grande compétition internationale (championnats du monde 2013, en Italie), ne sera pas du voyage en Russie pour cause de blessure.

  • Zimbabwe

Comme le Togo, le Zimbabwe sera aussi représenté pour la première fois aux JO d’hiver à Sotchi. Seul et unique athlète de sa délégation : Luke Steyn, skieur de 20 ans. Né dans la capitale Harare, sa famille a déménagé en Suisse alors qu’il n’avait que 2 ans. Dans une déclaration à un journaliste du New-York Times, Steyn a déclaré que même s’il était parti tôt du Zimbabwe, il se sentait toujours "très attaché" à son pays. À Sotchi, il défendra ses couleurs nationales sur slalom et slalom géant.

___

Benjamin Roger