Fermer

Al Qarra TV : la fin d’une belle aventure

Plateau de l'émission In question, de la chaîne Al Qarra. © Philippe Ceccaldi/Al Qarra

Trois ans après son lancement, la chaîne Al Qarra, consacrée au continent africain, est en liquidation judiciaire. La fin d'une belle aventure.

Mis à jour le 14 octobre 2013 : la liquidation judiciaire du groupe a été confiée à un mandataire judiciaire et non à un avocat comme indiqué auparavant.

Impitoyable milieu des médias, où la survie est difficile et la pérennité un exploit… Le 25 juillet, à la demande de Pierre Fauque, son président, Al Qarra TV s’est déclarée en cessation de paiement au tribunal de commerce de Paris. La diffusion des émissions par satellite et sur internet en Afrique comme en France – où la chaîne est basée depuis son lancement, en juin 2010 – a cessé le 29 juillet, et la liquidation judiciaire a débuté le 8 août.

Les raisons de cet échec sont hélas classiques dans le secteur : des difficultés financières. « Notre actionnaire ne nous a pas laissé le temps de nous développer et d’atteindre l’équilibre », regrette le Tunisien Najib Gouiaa, directeur général de feu Al Qarra.

Lire aussi :

Télévision : Al Qarra se restructure
BBC World News lance « Africa Business Report »
Le groupe Bloomberg s’associe au nigérian Optima Media

Cet actionnaire n’est autre qu’Al Qarra Holding Luxembourg, cogéré par Gulf Merchant Bank, une banque d’affaires installée à Dubaï, le reste du montage financier demeurant inconnu. « La chaîne a englouti le capital ainsi que les prêts apportés par l’actionnaire, explique une source proche de ce dernier. L’investissement a été infructueux, les promesses et les prévisions du management n’ont pas été tenues. La chaîne n’a jamais réussi à réaliser des profits. » Le mandataire judiciaire chargé de la liquidation judiciaire confirme que « son niveau de développement était trop faible ».

Une gestion hasardeuse

Pour la cinquantaine de salariés (journalistes et techniciens), la pilule est amère : « Nous avons subi des retards de salaires à partir d’avril, mais les problèmes financiers ont débuté dès la fin de 2012 », raconte l’un des licenciés pour motif économique. « La gestion a été hasardeuse, la direction a signé des contrats à durée indéterminée alors que la situation était tendue », poursuit le journaliste. De fait, la chaîne avait vu les choses en grand : elle comptait attirer les cadres de toutes nationalités intéressés par l’Afrique en multipliant les canaux de diffusion et les versions linguistiques (français, arabe, anglais, espagnol, portugais).

Un actionnaire qui a perdu des millions d’euros, des salariés au chômage… Ainsi se clôt l’aventure d’Al Qarra. Pourtant, le potentiel d’un média audiovisuel consacré à l’Afrique est réel et l’offre est loin d’être pléthorique. Le concept existe, reste à savoir si une nouvelle version verra le jour…

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro