Fermer

Maroc : la RAM déplore le manque de réactivité de l’Onda

Par Jeune Afrique

La Royal Air Maroc dessert 29 destinations hors du Maroc sur le continent africain. © RAM

La Royal Air Maroc s'impatiente face au manque d'installations de l'aéroport de Casablanca et pointe du doigt l'Office national des aéroports pour son manque de réactivité.

Alors que l’extension du terminal 1 de l’aéroport de Casablanca a été abandonnée, la Royal Air Maroc (RAM) affiche son impatience vis-à-vis de l’Office national des aéroports (Onda) : « Faute d’investissements complémentaires par l’Onda, nous travaillons dans des conditions dégradées. Nous attendons mieux, notamment dans la gestion des bagages et des accès à bord des passagers », confie un cadre de la compagnie chérifienne qui déplore le « manque de réactivité » du gestionnaire aéroportuaire. 

Lire aussi :

Driss Benhima, PDG de la RAM : « Nous revenons de loin »
Aérien : le low-cost en Afrique, c’est possible ?
La Royal Air Maroc redécolle

« Nous avons ouvert de nombreuses nouvelles liaisons depuis notre hub casablancais, en particulier vers le reste de l’Afrique. Aujourd’hui, les installations sont sous-dimensionnées par rapport à nos besoins », a-t-il ajouté. 

29 destinantions en Afrique

La RAM dessert 29 destinations hors du Maroc sur le continent africain. Interrogé sur la rentabilité du réseau africain, Driss Benhima, le président directeur général de la compagnie aérienne, avait confié à Jeune Afrique en juillet que les destinations les plus intéressantes étaient les petits pays mal desservis et enclavés.

Confronté à des pertes de 1,7 milliard de dirhams (155,7 millions d’euros) en 2011, notamment en raison de la concurrence des compagnies low cost, le transporteur est en pleine restructuration. Son dirigeant espère atteindre l’équilibre financier à la fin de l’année.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro