Fermer

Côte d’Ivoire : décès de Frédéric Bruly Bouabré, l’inventeur de l’alphabet bété

Écrit par Emeline Wuilbercq

Sur le tableau noir, les caractères de l'alphabet bété inventé par Frédéric Bruly Bouabré © AFP

Un grand artiste ivoirien s'est éteint. Le dessinateur et poète Frédéric Bruly Bouabré est mort mardi à Abidjan, laissant derrière lui des oeuvres graphiques et "l'alphabet bété", qu'il avait inventé pour diffuser la culture de son ethnie.

"Le monde de l’art vient de perdre un monument", a titré le quotidien ivoirien Fraternité Matin. L’artiste Frédéric Bruly Bouabré est mort, mardi 28 janvier, à Abidjan, à l’âge de 91 ans. Dessinateur, scientifique, poète, conteur, il était né à Zépréguhé, dans le centre-ouest du pays, et avait plusieurs cordes à son arc.

Il se plaisait à décrire à ses interlocuteurs l’origine de sa vie d’artiste. D’après lui, son inspiration lui venait d’une vision mystique, survenue en mars 1948, celle d’un disque solaire multicolore qui lui valu une transe… et un internement. Pendant cette période, il couche sur papiers ses idées, pensées et rêves. C’est une révélation pour ce fonctionnaire commis aux écritures pour la ligne ferroviaire Dakar-Niger qui décide de quitter son travail pour se consacrer à la création d’une écriture africaine.

Internationalement reconnu

Désireux de perpétuer la culture bété, du nom de la seconde ethnie majoritaire de Côte d’Ivoire, Cheik Nadro, "celui qui n’oublie pas", tel qu’il se décrivait, invente alors un alphabet bété, composé de 448 pictogrammes monosyllabiques, à l’aide d’un stylo à bille et de cartons d’emballage sur lesquels il retranscrit chaque syllabe du dialecte de son peuple. Repérée par l’anthropologue français, Théodore Monod, cette œuvre linguistique considérable fera l’objet d’une monographie en 1958.

En 1989, l’artiste ivoirien expose pour la première fois ses oeuvres contemporaines, à l’occasion de l’exposition "Les magiciens de la terre" qui se déroule à Paris. Puis, les expositions s’enchaînent dans les musées du monde entier, à Londres, Sao Paulo, Moscou.

Internationalement reconnu, exposé dans de nombreux musées, Frédéric Bruly Bouabré s’est éteint en laissant à la postérité des créations contemporaines graphiques lumineuses.

_____

Emeline Wuilbercq

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici