Fermer

Un tiers de la nourriture produite dans le monde est gaspillé chaque année

Par Jeune Afrique

La facture de ce gigantesque gâchis représente 750 milliards de dollars chaque année. © AFP

Chaque année, un tiers de la nourriture produite dans le monde est gaspillé, selon une étude de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon l’étude publiée par la FAO le 11 septembre, un tiers de toute la nourriture produite mondialement est gaspillée, « alors que 870 millions de personnes souffrent chaque jour de la faim », rappelle le document dans son introduction. Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont perdues à cause de pratiques inadéquates, pour 54 % en amont, lors des phases de production, de manutention et de stockage, et pour 46 % en aval, lors de la transformation, de la distribution et de la consommation.

Lire aussi :

Lutte contre la faim : 9 pays africains au rendez-vous
Quelle agriculture pour la sécurité alimentaire africaine ?
Dossier agriculture : cinq ans après les émeutes de la faim, le doute…

« Agriculteurs et pêcheurs, industriels de l’agro-alimentaire et de la grande distribution, gouvernements locaux et nationaux, consommateurs individuels, nous sommes tous appelés à faire des changements à tous les maillons de la chaîne alimentaire et si ce n’est pas possible à réutiliser et à recycler la nourriture », a déclaré José Graziano da Silva, le directeur général de la FAO.

750 milliards de dollars

La facture de ce gigantesque gâchis est énorme puisqu’elle représente 750 milliards de dollars chaque année. Aux conséquences économiques s’ajoute l’impact environnemental, tout aussi effarant. La FAO estime que cette nourriture non-consommée utilise 28 % des surfaces agricoles de la planète soit 1,4 milliard d’hectares, rejetant dans l’atmosphère l’équivalent de 3,5 milliards de tonnes de gaz à effet de serre, pour être le troisième plus gros pollueur au monde derrière la Chine et les États-Unis. Pour sa production, elle engloutit également un volume d’eau équivalent au débit annuel de la Volga en Russie, soit trois fois la quantité d’eau du lac de Genève.

Les pays en développement sont particulièrement concernés lors des phases de récolte et de production, quand dans les pays les plus riches c’est au niveau de la consommation que le gaspillage est le plus important, puisqu’elle représente à elle seule 40 % des volumes de nourriture perdus. En cause, selon la FAO, l’absence de planification de leurs achats pour les particuliers, « qui achètent trop et sont souvent trop rigides par rapport aux dates limites d’utilisation des produits », précise le document qui stigmatise également les normes de qualité et les critères esthétiques appliqués par les commerçants « qui se débarrassent de grandes quantités d’aliments parfaitement comestibles ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro