Fermer

Attijari Asset Management : 100 millions d’euros sous gestion dans l’UEMOA

Par Jeune Afrique

Le fonds de placement "Attijari Oblig" s'élève à 40 milliards de F CFA (environ 61 millions d'euros). © Hassan Ouazzani/JA

Un an après son lancement, Attijari Asset Management, la filiale de gestion d'actifs du groupe marocain Attijariwafa Bank, occupe déjà la première place dans la zone UEMOA. Pour son directeur Tarik Ayar, ce n'est pas encore assez.

Dix-huit mois seulement se sont écoulés depuis qu’Attijari Asset Management a reçu l’agrément des autorités de régulation des marchés financiers dans la zone UEMOA. Assez pour que la filiale de gestion d’actifs du groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank, prenne la première place du podium. Pourtant, son directeur général, Tarik Ayar, dépêché depuis le siège du groupe à Casablanca pour diriger la filiale basée à Dakar, oscille entre joie et déception.

Lire aussi :

Attijariwafa Bank vise une présence dans chaque pays de la zone franc
Maroc : les filiales africaines portent les résultats d’Attijariwafa au premier semestre

Rémunération insuffisante

D’un côté, le financier marocain se félicite d’avoir lancé avec succès trois fonds de placement (Attijari Oblig, FCP Attijari Horizon et FCP Attijari Liquidité) sur le marché financier de l’Afrique de l’Ouest, portant à une centaine de millions d’euros les actifs gérés par la société.

Mais il regrette l’absence d’un véritable marché de capitaux dans la sous-région. Dans sa ligne de mire: l’insuffisante rémunération offerte par les émetteurs obligataires privés ainsi que l’absence de liquidité et de courbe des taux.

Le capital d’Attijari Asset Management est détenu par les filiales ouest-africaines membres d’Attijariwafa Bank : CBAO au Sénégal, Banque Internationale pour le Mali et Société ivoirienne de Banque en Côte d’Ivoire. À mesure que de nouvelles filiales bancaires seront créées dans d’autres pays de l’UEMOA, elles se joindront au tour de table.

Au premier semestre 2013, le groupe Attijariwafa Bank a dévoilé un résultat net part en baisse de 4,8%, porté néanmoins par la forte croissance de ses activités dans le reste du continent.

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro