Fermer

Ecobank : le co-fondateur appelle Kolapo Lawson à démissionner

Par Jeune Afrique

Gervais Koffi Djondo, le fondateur et président d'honneur d'Ecobank, appelle le conseil d'administration à agir de manière urgente. DR ©

Inquiet du scandale qui secoue Ecobank, Gervais Koffi Djondo, président d'honneur et co-fondateur de la banque panafricaine, a appelé le président Kolapo Lawson à démissionner.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Ecobank. Le président d’honneur et fondateur du groupe bancaire panafricain, Gervais Koffi Djondo, a appelé Kolapo Lawson à démissionner de ses fonctions de président du conseil d’administration en raison du scandale persistant autour de la mauvaise gestion de la banque. Selon des informations du Financial Times, Gervais Koffi Djondo a écrit le 11 septembre au conseil d’administration pour demander à ses membres d’agir rapidement afin de « sauver la réputation du groupe ».

« Il est impératif que le président démissionne immédiatement »

« Notre institution est en danger et nous devons agir de manière urgente pour mettre fin à la crise actuelle, éviter tout dommage supplémentaire à la banque et rassurer nos actionnaires, nos régulateurs, nos clients et nos employés », a-t-il écrit dans son message au conseil d’administration, dont le Financial Times a pu obtenir une copie. « Au vu de la situation actuelle, il est impératif que le président démissionne immédiatement. »

Lire aussi :

Thierry Tanoh : « Ecobank sortira grandi de cette épreuve »
Ecobank : Thierry Tanoh renonce à son bonus
Ecobank à nouveau dans la tourmente
Ecobank : le conseil d’administration réaffirme sa confiance au président Kolapo Lawson
Le sud-africain PIC, gendarme de la bonne gouvernance en Afrique ?

L’intervention du président d’honneur dans cette saga a du poids en raison de son rôle dans la fondation et la gestion d’Ecobank durant les premières années, difficiles, aux côtés du co-fondateur Adeyemi Lawson, le père de l’actuel président.

Une série d’accusations

La réclamation du président d’honneur fait suite au lancement d’une enquête le mois dernier par le gendarme de la Bourse nigérian, la Securities and Exchange Commission (SEC), sur des infractions présumées en matière de gouvernance qu’aurait commises Kolapo Lawson ainsi que le nouveau directeur général, Thierry Tanoh.

Dans une lettre adressée à la SEC, Laurence do Rego, directrice financière d’Ecobank, aujourd’hui suspendue, accuse notamment Kolapo Lawson et Thierry Tanoh d’avoir tenté de vendre des actifs à un prix « bien en dessous de leur valeur du marché ». Elle affirme également qu’il lui a été demandé d’annuler les dettes dues par une société immobilière présidée par Kolapo Lawson. Enfin, selon elle, Thierry Tanoh aurait reçu 1,14 million de dollars de bonus en 2012, soit 935 000 dollars de plus que les stipulations de son contrat, et ce alors que d’autres cadres de la banque avaient vu leur bonus amputé.

Thierry Tanoh se défend

Depuis, dans une interview accordée à RFI et Jeune Afrique, Thierry Tanoh a expliqué avoir renoncé à l’intégralité de son bonus : « Ce bonus a été approuvé par le comité de gouvernance du conseil d’administration. Vu la polémique qu’il a suscitée et dans l’intérêt d’Ecobank, j’ai décidé de renoncer à ce bonus et de n’en toucher aucun au titre de l’année 2012. » De même, il a exclu l’idée de démissionner.

En ce qui concerne les accusations de maniulation des comptes, il s’est vigoureusement défendu : « C’est tout à fait impossible. Je n’ai aucun intérêt à changer les résultats d’une banque. […] La dernière chose que je ferais serait de manipuler les comptes. Je suis venu pour œuvrer dans la transparence et mettre en place les procédures nécessaires pour qu’une banque de ce niveau réponde aux normes internationales. »

De son côté, Kolapo Lawson a confié au Financial Times n’avoir aucune intention de démissionner.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro