Fermer

Génocide rwandais : Charles Twagira placé en détention provisoire en France

Par Jeune Afrique

Dr Twagira placé en détention moins d'une semaine après la condamnation de Simbikangwa. © AFP

Vingt-heures après son inculpation pour génocide et crimes contre l’humanité, le médecin Charles Twagira a été placé en détention provisoire vendredi à Paris. Celui-ci est écroué une semaine seulement après la condamnation historique d'un autre Rwandais, Pascal Simbikangwa, par la justice française.

Il est soupçonné d’avoir joué un rôle actif dans les massacres commis au Rwanda en 1994. Le Dr Charles Twagira a été placé en détention provisoire, le 21 mars, par un juge des libertés et de la détention, comme le souhaitait le parquet de Paris.

>> Lire aussi : le Rwandais Twagira mis en examen en France pour génocide et crimes contre l’humanité.

Arrêté mardi à Vire, en Normandie (nord-ouest), ce médecin franco-rwandais dirigeait l’hôpital de Kibuye, dans l’ouest du Rwanda, au moment du génocide qui, en environ 100 jours, a coûté la vie à 800 000 personnes, en très grande majorité des Tutsis.

Traqué par le CPCR

Comme la grande majorité des Rwandais hutus poursuivis par la justice française, Charles Twagira a été traqué par le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), dont le président Alain Gauthier cherche sans relâche à débusquer les génocidaires présumés installés en France.

Dans sa plainte de 2009 contre Charles Twagira, qui avait entraîné l’ouverture d’une information judiciaire, le CPCR dresse une longue liste de crimes susceptibles d’être reprochés à celui qui travaillait jusqu’à son arrestation mardi au service de gérontologie de l’hôpital de Vire.

Au moment du dépôt de plainte, Charles Twagira s’était offusqué d’une diffamation inacceptable. Aujourd’hui, sa mise en détention intervient moins d’une semaine seulement après la première condamnation en France d’un génocidaire rwandais, Pascal Simbikangwa, condamné à 25 ans de réclusion. Ce dernier a fait appel.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici