[Exclusif] Présidentielle en RDC : à Kingakati, Kabila évoque l’option d’un suffrage indirect dès 2015

Joseph Kabila, président de la RDC. © AFP

Dans sa ferme de Kingakati, Joseph Kabila a réuni jeudi les cadres de sa famille politique pour faire le point sur la situation politique dans le pays. Selon nos informations, le président congolais a soutenu l'option d'une modification constitutionnelle pour changer le mode de scrutin de la prochaine présidentielle, qui serait prévue en 2015 au lieu de 2016.

Que s’est-il réellement dit, le 20 mars, à la grande messe de Kingakati ? Retranchés à 80 km de la ville de Kinshasa à partir de la mi-journée, dans la ferme privée du président congolais Joseph Kabila, quelque 500 cadres – membres du gouvernement, gouverneurs de province, chefs des partis de la Majorité présidentielle (MP), ambassadeurs congolais séjournant en RDC – ont répondu présents à l’invitation de leur chef.

Téléphones, caméscopes et autres enregistreurs étaient interdits dans la salle de réunion. Une façon de garder secret la teneur des propos tenus.

"Un discours de combat"

Selon nos sources, Joseph Kabila a prononcé devant ses partisans un" discours de combat". Le chef de l’État congolais s’est exprimé en faveur d’une révision constitutionnelle et d’un bouleversement du calendrier politique. Son voeu ? Que la prochaine présidentielle se tienne au suffrage indirect… en 2015, au lieu de 2016 comme prévu par la loi fondamentale.

Une prise position saluée par des applaudissements de quelques zélés de la majorité au pouvoir : "Nous sommes prêts à mourir pour toi, Joseph", auraient-ils lancé à leur chef. Mais dans la salle, d’autres cadres, plus réservés, sont restés dubitatifs.

>> Lire aussi RDC : la proposition de changer la Constitution "fait désordre" dans le camp Kabila

Et Joseph Kabila de marteler, toujours selon nos informations, qu’il n’avait peur de personne et qu’il ne pouvait plus continuer à cogérer le pays avec la Monusco, la mission onusienne en RDC.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici