Football : Samuel Eto’o, ce sans-papiers devenu star du ballon rond

Samuel Eto'o, attaquant de l'équipe du Cameroun. © AFP

Le Camerounais Samuel Eto’o s’est confié à France 24, deux jours avant les quarts de finale de Ligue des champions entre Chelsea et le Paris Saint-Germain. Il est notamment revenu sur sa condition de sans-papiers quand il a posé les pieds sur le sol français.

Les premières semaines de Samuel Eto’o n’ont pas été de tout repos. Lundi, dans un entretien à France 24, le footballeur camerounais est revenu sur ses débuts de footballeur qui l’ont amené à quitter Douala pour la France. "J’ai pris la mauvaise décision, comme tout jeune africain qui rêve d’aller réussir en Europe", explique l’attaquant, qui raconte avoir "décidé de rester sans-papiers".

>> Lire aussi : "Cameroun : Eto’o et Chelsea, c’est fini ?"

"J’arrive en France avec un visa de 10 jours seulement. Je vais d’abord sur Marseille, Avignon et après, je décide de rester à Paris, à Notre-Dame. Je reste ici plusieurs mois", confie-t-il, avouant "être resté plusieurs mois à Paris sans-papiers". "Je suis sorti de mon logement que deux ou trois fois car, à l’époque, tout le monde était soupçonné d’être sans-papiers et lorsque que l’on vous attrapait, on vous renvoyait chez vous", ajoute l’international camerounais.

"J’avais une seule envie, prouver au monde entier qu’un petit ‘black’ peut être aussi bon que les autres s’il a les moyens de s’exprimer", explique encore celui qui fera carrière en Espagne, au Real Madrid et au FC Barcelone, ou encore en Italie, à l’Inter Milan. "Avant moi d’autres l’ont fait, George Weah, Abedi Pelé, Roger Milla, Samuel Kuffour", se souvient Samuel Eto’o, qui n’oublie pas d’évoquer son attachement à son pays : "Le Cameroun c’est mon cœur. Si on me l’enlève, je meurs !".

_________________

Par Mathieu OLIVIER