Ouverture du sommet UE-Afrique, une quarantaine de chefs d’État réunis à Bruxelles

La présidente de transition Catherine Samba Panza sera présente au sommet. © AFP

Une quarantaine de chefs d'État du continent sont attendus mercredi à Bruxelles pour participer au 4e sommet Union européenne-Afrique (les 2 et 3 avril). Au menu des discussions : la paix, la sécurité, les investissements, les changements climatiques, les migrations et la situation en République centrafricaine.

Mis à jour à 15h12.

Le quatrième sommet Union européenne – Afrique s’ouvre mercredi 2 avril en début d’après-midi à Bruxelles, en Belgique. Rassemblés autour du thème "Investir dans les personnes, pour la prospérité et pour la paix", les participants aborderont notamment les questions de la paix, de la sécurité, des investissements, des changements climatiques et des migrations.

>> Lire aussi Sommet Europe-Afrique : crises, vous avez dit crises ?

Une quarantaine de chefs d’État du continent, dont le président rwandais, Paul Kagamé, sont attendus. Plusieurs dirigeants africains sont arrivés à Bruxelles dès mardi. C’est notamment le cas du président tunisien, Moncef Marzouki, du Malien Ibrahim Boubakar Keita, du Ghanéen et nouveau président de la Cedeao (Communauté des États d’Afrique de l’Ouest), John Dramani Mahama, ou de son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso.

Parmi les absences de marque, on notera celles du président ivoirien, Alassane Ouattara, de ses homologues algérien (Abdelaziz Bouteflika), congolais (Joseph Kabila) et sud-africain (Jacob Zuma). L’Afrique du Sud enverra une délégation ministérielle composée de la ministre des Relations internationales et de la coopération, Maite Nkoana-Mashabane, et du ministre du Commerce et de l’Industrie, Rob Davies. La RDC et l’Égypte seront représentées par leur ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda et Nabil Fahmy. Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Ducan, sera, lui, présent.

Enfin, le Zimbabwe a décidé de boycotter l’évènement après le refus de l’UE d’accorder un visa à l’épouse du chef de l’État Robert Mugabe. Ce quatrième sommet marque également le retour de Madagascar sur la scène internationale. Présent à Bruxelles depuis lundi, le nouveau président malgache s’entretiendra notamment avec le chef de l’État français.

Voir notre chronologie des principales étapes des relations entre l’Europe et l’Afrique depuis 50 ans :

Crise centrafricaine

Le sommet UE-Afrique sera précédé d’une réunion consacrée à la situation en Centrafrique, coprésidée par François Hollande, Herman Van Rompuy (président du Conseil européen) et le chef de l’État mauritanien, Mohamed Ould Abdelazziz, en sa qualité de président de l’Union africaine. Les principaux chefs d’État de la sous-région, comme le Tchadien Idriss Déby Into, le Camerounais Paul Biya ou Denis Sassou Nguesso, seront de la partie, ainsi que les présidents des pays européens impliqués en RCA.

"Ce sera l’occasion de remobiliser tout le monde et d’informer nos partenaires européens de la situation sur place", indique-t-on à l’Élysée. La présidente centrafricaine de la transition, Catherine Samba Panza, s’exprimera longuement.

Mardi, elle a été reçue à Paris par le président français. Les deux dirigeants ont notamment discuté des tueries de ces derniers jours, du déploiement de la mission de l’UE, de celui des Casques bleus, mais aussi des possibles poursuites judiciaires contre certaines anciennes autorités centrafricaines.

Liste des chefs d’État participants au sommet UE-Afrique :

– Boni Yayi (Bénin)
– Blaise Compaoré (Burkina Faso)
– Pierre Nkurunziza (Burundi)
– Paul Biya (Cameroun)
– Jorge Carlos Fonseca (Cap-Vert)
– Ikililou Dhoinine (Comores)
– Denis Sassou Nguesso (Congo)
– Ismail Omar Guelleh (Djibouti)
– Mulatu Teshome (Ethiopie)
– Ali Bongo Ondimba (Gabon)
– Yaya Jammeh (Gambie)
– John Dramani Mahama (Ghana)
– Alpha Condé (Guinée)
– Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée équatoriale)
– Uhuru Kenyatta (Kenya)
– Kailash Purryag (Maurice)
– Helen Johnson-Sirleaf (Liberia)
– Ibrahim Boubacar Keïta (Mali)
– Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie)
– Armando Emilio Guebuza (Mozambique)
– Hifikepunye Pohamba (Namibie)
– Mahamadou Issoufou (Niger)
– Goodluck Jonathan (Nigeria)
– Yoweri Museveni (Ouganda)
– Paul Kagamé (Rwanda)

-Macky Sall (Sénégal)
– James Alix Michel (Seychelles)
– Ernest Bai Koroma (Sierra Leone)
– Hassan Sheikh Mohamoud (Somalie)
– Jakaya Mrisho Kikwete (Tanzanie)
– Idriss Déby Itno (Tchad)
– Faure Gnassingbé (Togo)
– Moncef Marzouki (Tunisie)
 – Michael Sata (Zambie)