Nigeria : plus de 100 écolières enlevées par Boko Haram à Borno

Par Jeune Afrique

Une jeune fille devant le marché de Maiduguri, dans l' État de Borno, au Nigeria. © AFP

Les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont attaqué lundi soir une école du nord-est du Nigeria. Une attaque au cours de laquelle plus de 100 jeunes filles ont été kidnappées. Les soldats déployés pour assurer la sécurité des écoliers n'ont rien pu faire.

Mis à jour le 16/04/2014 à 8 heures 13.

Réputés hostiles à l’éducation occidentale qu’ils considèrent comme un "péché", les insurgés islamistes de la secte Boko Haram ont attaqué, le 14 avril au soir, un établissement d’enseignement secondaire du nord-est du Nigeria. "Des nombreuses jeunes filles [y] ont été enlevées", a affirmé le lendemain Emmanuel Sam, responsable de l’éducation pour la ville de Chibok, dans l’État de Borno, où l’attaque a eu lieu.

>> Voir aussi notre carte interactive : Boko Haram, un anniversaire macabre.

Interrogé à propos d’une information publiée dans les médias locaux, selon laquelle elles seraient 200 jeunes filles à avoir été enlevées une source sécuritaire a répondu que "leur nombre ne s’élève pas à 200 mais il y a en a plus de 100".

Un habitant de Chibok a déclaré avoir vu des hommes lourdement armés arriver dans des camions et sur des motos, se dirigeant vers l’école. Des soldats avaient pourtant été déployés dans la ville afin d’assurer la sécurité des lycéens pendant la durée de l’examen, mais les islamistes les ont maîtrisés avant d’emmener les écolières.

Les jeunes filles enlevées devaient passer cette semaine un examen annuel donnant accès à un diplôme commun à plusieurs pays d’Afrique anglophone, le West African Senior School Certificate Examination, qui permet d’entrer à l’université.

(Avec AFP)