Politique

Djibouti : Omar Guelleh accepte une « présence à long terme » de l’armée américaine

Omar Guelleh et Barack Obama, à Washington DC, le 5 mai 2014. © AFP

Washington a annoncé lundi un accord sur la prolongation "à long terme" de la présence militaire américaine à Djibouti, à l'issue de la rencontre entre le président américain, Barack Obama, et son homologue djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, à la Maison Blanche.

C’est un "bail à long terme" que Washington et Djibouti s’apprêtent à conclure pour la base de Camp Lemonnier. Le président américain, Barack Obama, a révélé lundi cette information après avoir reçu à la Maison Blanche son homologue djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh. Ce dernier a été remercié pour avoir pour avoir accepté "une présence à long terme" des militaires américains dans son pays.

63 millions de dollars de loyer par an

Un haut responsable de la Maison Blanche a expliqué que l’accord entre les deux États "prévoit qu’il courra sur dix ans, contre un loyer de 63 millions de dollars par an". Un bail qui pourrait être ensuite renouvelé pour dix années supplémentaires, "sans augmentation de loyer". Au terme de ce deuxième bail, les termes financiers pourraient être renégociés en vue d’une troisième décennie de présence, selon la même source.

Les Américains acquittaient jusqu’ici un loyer de 38 millions de dollars par an au gouvernement de Djibouti pour Camp Lemonnier, où sont stationnés plus de 3 000 militaires, et dont l’agrandissement est prévu.

La base de Camp Lemonnier "est extraordinairement importante pour notre travail dans toute la Corne de l’Afrique mais aussi dans toute la région", a déclaré Barack Obama, en rappelant avoir visité le pays alors qu’il était sénateur, en 2006. "Nous sommes très reconnaissants aux Djiboutiens pour leur hospitalité", a-t-il ajouté.

"Nous avons accepté de prolonger notre présence à Camp Lemonnier et d’intensifier notre coopération dans de nombreux domaines, dont la sécurité, la lutte contre le terrorisme, le commerce et l’énergie", a indiqué pour sa part le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone.

>> Lire aussi : L’OTAN débarque à Djibouti.

États-Unis, "partenaire stratégique de Djibouti"

De son côté, le président Guelleh, qui s’exprimait en français face au président américain, a souligné que les États-Unis étaient un "partenaire stratégique de Djibouti", notamment dans "la lutte contre le terrorisme, la piraterie et le trafic humain". "Le fait d’accueillir une force américaine démontre aussi notre soutien à la paix internationale et surtout dans notre région", a-t-il ajouté.

Djibouti abrite une unité anti-terroriste américaine pour la Corne de l’Afrique, dans le but de prévenir les conflits et assurer la sécurité dans cette région. L’armée américaine utilise aussi Djibouti comme base pour ses attaques contre les islamistes d’Al-Qaïda au Yémen et des shebab en Somalie.

Washington a récemment accepté de déplacer sa base de drones, qui se trouvait à Camp Lemonnier près de l’aéroport international de Djibouti, vers un endroit plus reculé, en raison des risques de collision entre ces aéronefs sans pilotes et les avions de ligne.

(Avec AFP)

Fermer

Je me connecte