Tunisie : début du pélèrinage juif de la Ghriba à Djerba

Par Jeune Afrique

Une pèlerine juive sort de la synagogue de la Ghriba, à Djerba. © AFP

Des dizaines de pèlerins juifs affluaient vendredi à Djerba pour le début du pèlerinage annuel de la Ghriba, la plus ancienne synagogue d'Afrique.

Malgré la récente polémique sur le droit des Israéliens à venir en Tunisie, les premiers pélerins juifs sont arrivés vendredi 16 mai sur l’île tunisienne de Djerba pour le début du célèbre pèlerinage annuel de la Ghriba. Militaires, policiers et forces spéciales étaient déployés en nombre le long de la route menant à la plus vieille synagogue du continent. Des barrages ont notamment été installés afin de fouiller les véhicules. À la mi-journée, les premiers groupes de dizaines de pèlerins arrivaient pour prier, allumer des bougies et déposer des œufs barrés de vœux dans une cavité située au fond de la synagogue.

Les organisateurs du pèlerinage espèrent accueillir 2 000 personnes d’ici dimanche, dernier jour de ce rituel au lendemain de shabbat, le jour de repos hebdomadaire juif. L’affluence reste loin des quelque 8 000 personnes qui affluaient avant l’attentat-suicide de 2002 au camion piégé qui avait fait 21 morts, dont une majorité de touristes allemands. Après cette attaque, et avant la révolution de janvier 2011 qui chassa le régime de Zine El Abidine Ben Ali, quelque 3 000 visiteurs participaient en moyenne aux festivités à la Ghriba.

>> Lire aussi : Y-a-t-il encore des Juifs au Maghreb ?

Polémique sur Israël

Les crises politiques à répétition et l’essor d’une mouvance jihadiste armée en 2012 et 2013 ont depuis freiné l’affluence à la Ghriba, qui s’est limite désormais à quelques centaines de visiteurs. La stabilisation relative du pays depuis le début de l’année, avec le retrait du pouvoir des islamistes d’Ennahdha pour laisser la place à un cabinet d’indépendants, ont cependant relancé les réservations. "Avant je venais tous les ans, mais cette année c’est la première fois depuis la révolution. On m’avait dit que c’était dangereux, mais ça ne l’est pas. C’est formidable ici, pourvu que ça dure", s’enthousiasme Rachele Guetta, une juive originaire de Libye installée en Italie depuis son expulsion de Tripoli en 1967.

Seule ombre au tableau : le pèlerinage intervient tout juste après une polémique sur l’octroi d’autorisations d’entrée sur le territoire tunisien à des visiteurs israéliens. Selon l’un des représentants de la communauté juive de Djerba, Perez Trabelsi, cette affaire a eu un impact négatif. "Des gens ont eu peur, et ont annulé leur venue. Parmi eux, des gens qui vivent en France mais ont de la famille en Israël. Ils ont annulé parce qu’ils ne pouvaient pas venir ensemble", a-t-il regretté tout en indiquant que 250 Israéliens étaient malgré tout attendus cette année.

Pour une partie de la classe politique, permettre aux ressortissants de l’État hébreu de venir en Tunisie équivaut à "normaliser" les relations avec Israël, chose inacceptable par solidarité avec le peuple palestinien. Deux ministres, celle du Tourisme, Amel Karboul, et le ministre délégué à la Sécurité auprès du ministre de l’Intérieur, Ridha Sfar, ont même été visés par des motions de censure sur le sujet après l’entrée de plusieurs touristes israéliens en Tunisie. La procédure n’a finalement pas abouti après son annulation à la dernière minute.

"Pourquoi me punir moi pour ce qu’a fait l’État israélien ?"

"Il faut faire la différence entre l’État et les citoyens. Pourquoi me punir moi pour ce qu’a fait l’État ?", a déploré Isaac Weinberg, commerçant venu d’Israël pour l’occasion. Moshe Giat, un Israélien d’origine yéménite, a indiqué que les autorités tunisiennes lui avaient délivré un laissez-passer mais qu’il avait dû laisser son passeport à l’aéroport. "Avec ma femme, on est passé par Paris. On nous a tellement dit que c’était dangereux la Tunisie qu’elle est restée là bas", a-t-il dit.

Organisé chaque année au 33e jour de la Pâque juive, le pèlerinage de la Ghriba est au cœur des traditions des juifs de Tunisie, une communauté qui s’est réduite à environ 1 500 âmes, contre 100 000 en 1956 avant l’indépendance. Une des légendes fait remonter l’origine de la Ghriba à la destruction du temple de Salomon à Jérusalem, lorsque, fuyant la Palestine, des juifs se réfugièrent à Djerba et y établirent une synagogue en 586 avant JC.

(Avec AFP)