Fermer

Cocaïne: 5 Latino-Américains condamnés à 8 à 10 ans de prison

Par AFP

©

Le tribunal correctionnel de Dakar a condamné cinq Latino-Américains - trois Colombiens, un Equatorien et un Vénézuélien - à 8 à 10 ans de prison ferme pour trafic international de cocaïne, 20 mois après la saisie de 2,4 tonnes de cocaïne au Sénégal.

Cinq autres prévenus – un Colombien, deux Sénégalais et deux Français – ont été relaxés, a déclaré le président du tribunal siégeant en audience correctionnelle.

Les deux hommes condamnés à la plus lourde peine, 10 ans d’emprisonnement, ont été jugés par défaut: ils sont en fuite et font l’objet d’un mandat d’arrêt.

Il s’agit d’un ressortissant colombien, présenté comme le "cerveau de l’affaire", Arsenio Peralta Prieta, et d’un Vénézuélien, Raphaël Fernandez Tena, propriétaire de la maison dans laquelle la moitié de la cocaïne saisie avait été trouvée près de Mbour (80 km au sud de Dakar) en juillet 2007.

Par ailleurs, deux Colombiens et un Equatorien ont été reconnus coupables de trafic international de drogue et association de malfaiteurs et condamnés à 8 ans de prison ferme.

Ces prévenus ne se trouvaient pas dans la salle d’audience à l’énoncé du jugement. Ils étaient gardés dans un bâtiment du palais de justice et devaient ensuite être transférés dans une prison, selon une source judiciaire. Leurs avocats étaient également absents.

Des prévenus latino-américains "se sont servis d’un projet d’aquaculture à Ndagane (ouest du Sénégal) pour faire du trafic de drogue. Ce n’était qu’une couverture", a indiqué une source proche du dossier sous couvert de l’anonymat.

Certains des prévenus avaient séjourné en Gambie et en Guinée-Bissau, deux pays voisins du Sénégal, avant leur arrestation dans ce pays, selon cette source.

Le procureur avait requis des peines de 5 à 10 ans de prison ferme.

Le jugement a été prononcé 20 mois après la saisie record de 2,4 tonnes de drogue au Sénégal.

La première, de 1,2 t de cocaïne, le 27 juin 2007, avait eu lieu sur un bateau, près des plages de Nianing, station balnéaire proche de Mbour. Le 1er juillet 2007, la même quantité, 1,2 tonne de cocaïne, avait été découverte dans une résidence proche de Mbour.

La valeur de la drogue avait été estimée à 144 milliards de FCFA (219 millions d’euros).

"Tous les pays ouest-africains sont de plus en plus utilisés comme espaces de transit dans le trafic de cocaïne" entre l’Amérique du Sud et l’Europe, selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime organisé (ONUDC).

Les quantités de cocaïne saisie doublent chaque année en Afrique de l’ouest, selon un rapport de l’ONUDC présenté en octobre 2008: 1. 323 kg en 2005, 3. 161 en 2006, 6. 456 en 2007.

Les quinze Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest avaient adopté fin octobre à Praia un "plan d’action" contre le trafic de drogue, prévoyant notamment de "renforcer les capacités" de répression.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro