Fermer

Les obsèques d’Edith Lucie Bongo auront lieu à Libreville et l’inhumation au Congo

Par AFP

©

Le corps de la Première dame gabonaise Edith Lucie Bongo, décédée samedi au Maroc, sera rapatrié mercredi vers Libreville pour des obsèques, puis sera transféré au Congo, sa terre natale, pour y être inhumé.

"A la demande de la famille Nguesso et dans le souci de s’en tenir au strict respect des us et coutumes Mbochis (ethnie de la défunte), les familles Bongo Ondimba et Sassou Nguesso ont décidé, après concertation, que les obsèques se dérouleront au Gabon et au Congo et que l’inhumation se fera à Edu, terre ancestrale de feue docteur Edith Lucie Bongo Ondimba", selon un communiqué du gouvernement.

Le corps de l’épouse du président gabonais Omar Bongo Ondimba et fille aînée du président congolais Denis Sassou Nguesso devrait arriver mercredi vers 15H00 (14H00 GMT) dans la capitale gabonaise.

"Il y aura des obsèques, un hommage de la Nation et sans doute une veillée funèbre au palais présidentiel", a précisé Max Olivier Obame, un porte-parole du gouvernement à l’AFP.

Jeudi, le corps sera rapatrié vers Edu, le village natal d’Edith Lucie Bongo où se trouve le cimetière familial de la famille Nguesso.

Fille aînée du président congolais Denis Sassou Nguesso, Edith Lucie Bongo Ondimba, 45 ans, avait épousé Omar Bongo Ondimba en 1990. Elle est décédée samedi à Rabat où elle était hospitalisée depuis plusieurs semaines.

Le gouvernement gabonais a décrété un "deuil national" sur le territoire gabonais jusqu’aux funérailles de Mme Bongo.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici