12 candidats retenus pour la présidentielle, 8 exclus

Par AFP

©

Sur les vingt candidats en lice pour la présidentielle en Guinée-Bissau le 28 juin prochain, la Cour Suprême en a retenu 12. elle a notamment refusé que les deux anciens Premiers ministres du pays se présentent.

La Cour suprême de Guinée-Bissau a annoncé jeudi avoir retenu 12 candidats pour la présidentielle du 28 juin, qui aura lieu près de quatre mois après l’assassinat du président Joao Bernardo Vieira, tandis que huit candidatures ont été rejetées, dont celles de deux ex Premiers ministres.

"Sur les 20 dossiers enregistrés, 12 candidatures ont été retenues", a déclaré à l’AFP le vice-président de la Cour suprême, Paulo Sanha.

L’organe juridictionnel le plus élevé du pays a évincé l’ancien Premier ministre Francisco José Fadul (1999), leader du Parti pour la démocratie et la citoyenneté (Padec), ainsi que Me Pedro Infanda (sans étiquette), tous deux avocats, en leur reprochant de n’avoir pas démissionné de leur poste.

"M. Fadul est le président de la Cour des comptes, en plus, il fait partie du barreau guinéen. La loi veut que les candidats renoncent à leur fonction s’il prétendent se présenter à une élection", a déclaré M. Sanha.

L’ancien président intérimaire parmi les candidats

La Cour a par ailleurs justifié l’éviction d’un autre ancien Premier ministre Aristides Gomes (2005-2007), du Parti républicain pour l’indépendance et le développement (Prid), en raison de son absence du pays "au moins pendant les 90 jours qui ont précédés le dépôt de sa candidature". M. Gomes, un proche du président assassiné, avait quitté Bissau après la mort de celui-ci.

Pourtant, la Cour a retenu la candidature de l’ancien président Kumba Yala (2000-2003) qui se trouve à Dakar depuis plusieurs mois et vit habituellement au Maroc. M. Yala est le leader de la plus grande formation de l’opposition, le Parti pour la rénovation sociale (PRS).

En tête des favoris du scrutin, figure le candidat du parti au pouvoir PAIGC (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert), Malam Bacai Sanha.

L’ancien président intérimaire Henrique Rosa, candidat sans étiquette qui a le soutien d’une vingtaine d’organisations de la société civile, est également l’un des candidats de poids.

Une seule femme se présente, Francisca Vaz Turpin, de l’Union des patriotes de Guinée Bissau (UPG). La campagne électorale doit démarrer le 18 mai, selon une source proche de la commission nationale électorale.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici