Fermer

Le Mondial du foot en Afrique du Sud inspire les artistes

Par AFP

Un tableau de l'artiste Josiah Waiguru Gitau "Taju", dans le cadre de l'exposition itinérante © AFP

Des photographies d'enfants jouant au football sur les plages immaculées d'Afrique du Sud, des footballeurs sculptés dans le bronze en pleine action: le Mondial-2010, le premier jamais organisé sur le continent africain, inspire via deux expositions les artistes de la planète.

La ville du Cap, dans le sud-ouest du pays, expose les premiers éléments d’une double collection itinérante destinée à s’accroître d’ici le coup d’envoi de la compétition, le 11 juin 2010. Photographes, sculpteurs ou peintres du monde y sont réunis autour d’un seul thème, le ballon rond.

Cinq artistes de chacune des 32 nations qualifiées pour la Coupe du monde ont toute latitude pour créer des oeuvres inspirées par l’Afrique, la fierté de leur propre pays et la passion suscitée par l’événement.

Celles-ci seront présentées au monde en deux collections, l’une internationale et l’autre regroupant de jeunes artistes africains, afin d’"imposer le Mondial à la conscience d’un public qui ignore habituellement ce type de compétition", explique Rob Spaull, directeur de la société sud-africaine qui a obtenu la licence de la Fifa pour ce projet.

Baptisée "2010 Fine Art", la société a déjà commissionné des artistes comme les peintres espagnol Eleazar Saenz, argentin Pablo di Masso, australien Richard Birmingham ou japonais Kimi Sakaki.

"Une passion et une énergie très belles à regarder"

Les premières oeuvres dévoilées comprennent un canevas de Peter Phillips, père du pop art britannique.

Le photographe sud-africain Clint Strydom a choisi quant à lui la Wild Coast, rivages méridionaux de l’Afrique du Sud sur l’Océan indien, pour saisir des images en noir et blanc d’enfants jouant au football.

Le long des immenses plages de cette région très pauvre, "il y a toujours un gosse en train de shooter dans un vieux ballon ou une balle de sacs de plastique, ou un village entier qui se retrouve sur une place poussiéreuse", raconte M. Strydom.

"C’est comme s’ils ne se rendaient pas compte des conditions dans lesquelles ils jouent, note-t-il. Ils jouent avec une passion et une énergie très belles à regarder. "

Intéresser les collectionneurs

L’exposition doit être complétée pour le tirage au sort du Mondial-2010, en décembre au Cap, selon le galeriste Rob Spaull. Ensuite, chaque oeuvre sera reproduite 210 fois en très haute qualité, afin d’intéresser les collectionneurs, et l’ensemble sera présenté dans les capitales des 32 nations qualifiées.

"Nous voulons réaliser quelque chose de semblable à ce que fait la Coupe du monde", poursuit M. Spaull. "Il s’agit de rassembler des gens d’origines très différentes, avec des intérêts et des cultures très différents. "

Mais "2010 Fine Art" entend également mettre en valeur de jeunes artistes africains méconnus, souvent réduits à vendre sur le trottoir aux touristes, ajoute-t-il. C’est le but de la deuxième collection, pour laquelle "nous cherchons sur le continent des artistes de talent qui n’ont pas encore percé. "

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici