Cheb Mami arrêté à l’aéroport d’Orly

Par AFP

Le chanteur est accusé de violence et de tentative d'avortement forcé sur son ex-compagne © DR

Cheb Mami vient d'être arrêté dès sa descente d'avion, à l'aéroport d'Orly (France) alors qu'il venait pour assister jeudi à son procès pour violences sur son ex-compagne. Cette arrestation met fin à deux ans de "cavale" de l'ancienne star du raï.

Le chanteur Cheb Mami, accusé de "violences" sur son ex-compagne, a été placé en détention provisoire lundi après avoir été arrêté à sa descente d’avion en provenance d’Algérie à l’aéroport d’Orly (sud paris), a-t-on appris de source judiciaire.

Il a été "placé peu avant 23H00 en détention provisoire" par un juge des libertés et de la détention à Bobigny sous réquisition du Parquet, a indiqué cette source.

Mohamed Khelifati à l’état civil, Cheb Mami, 42 ans, doit répondre jeudi devant le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) de "complicité de violences" avec circonstances aggravantes après une tentative d’avortement forcé subie en 2005 à Alger par son ex-compagne. Celle-ci a finalement donné naissance à une fillette aujourd’hui âgée de trois ans.

Incarcéré pendant trois mois à Paris, le chanteur avait été libéré après le versement d’une caution de 200.000 euros, avant de s’enfuir ensuite en Algérie en mai 2007 alors qu’il était sous contrôle judiciaire.

Mandat d’arrêt

Cheb Mami encourt dix ans de prison et 150.000 euros d’amende.

Le "prince" du raï a été interpellé "peu après 19H00 à sa descente d’avion lundi par des agents de la police aux frontières qui agissaient sur la base du mandat d’arrêt lancé contre lui" en mai 2007 par le parquet de Bobigny, a précisé cette même source. Cheb Mami a ensuite été placé "immédiatement en rétention judiciaire avant d’être présenté vers 21H00 à un magistrat à Bobigny", toujours selon cette source.

L’un de ses conseils, maître Mohamed Lasbeur, a indiqué qu’il espérait "être aux côtés de son client le plus rapidement possible". Son ex-manageur Maurice Levy, sous contrôle judiciaire, doit aussi comparaître jeudi, pour les mêmes motifs, ainsi que son homme de confiance Hicham Lazaar et Abdelkader Lallali, soupçonné d’être son homme de main et contre qui a été lancé un mandat d’arrêt.

"Machination", "acharnement" et "orchestration"

Les faits remontent à l’été 2005. Cheb Mami est mis en cause par une photographe de presse de 43 ans avec qui il entretenait une liaison. Cette jeune femme prénommée Camille et qui a demandé l’anonymat affirme avoir été amenée de force dans une villa à Alger après qu’elle eut annoncé sa grossesse au chanteur.

Elle dit y avoir été droguée et séquestrée, et que deux femmes et un homme ont tenté de lui faire un curetage. De retour en France, elle porte plainte. Selon des propos de Cheb Mami enregistrés par la victime en novembre 2005, celui-ci était présent lors des événements.

S’il dit "regretter son attitude", Cheb Mami estime être victime d’une machination de son ex-impresario: "La plus grosse erreur de ma vie, c’est d’avoir suivi le mauvais conseil de mon manager juif", dit-il à la presse algérienne. Il dénonce aussi un "acharnement quasi orchestré des médias français (…) contre un nom célèbre arabe".