Fermer

Un ancien chef du GIA assure que l’armée n’a pas tué les moines de Tibéhirine

Par AFP

Abdelhak Layada affirme que c'est bien le GIA qui a assassiné les moines ©

Un ancien chef du Groupe islamique armé (GIA), Abdelhak Layada, a affirmé jeudi que les moines de Tibéhirine avaient été exécutés par son mouvement en 1996 en Algérie, réagissant à la déposition d'un ancien officier français qui a mis en cause l'armée algérienne.

"Les assassinats ont été commis par Djamel Zitouni (alors chef du GIA), à la suite des tergiversations du renseignement français", a-t-il déclaré au quotidien arabophone algérien El Khabar.

"Les négociations qu’il menait avec les Français concernaient ma libération contre la libération des moines. Les Français ont tardé à répondre s’ils acceptaient de négocier ou non avec le GIA. C’était la cause de l’échec", a-t-il ajouté.

Officiellement, les sept moines français ont été tués par le GIA. Mais le général français à la retraite François Buchwalter, ancien attaché de Défense à Alger, a attribué leur massacre à une "bavure" de l’armée algérienne dans une récente déposition devant le juge antiterroriste chargé de l’enquête en France.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici