Fermer

Paul Mba Abessole candidat à la présidentielle pour un parti de la majorité

Par AFP

Paul Mba Abessole a été un opposant radical au président Bongo ©

Le Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité) a annoncé dimanche à l'AFP avoir investi son chef Paul Mba Abessole, 69 ans, comme candidat à l'élection présidentielle que le pays doit organiser à la suite du décès d'Omar Bongo Ondimba.

M. Mba Abessole, vice-Premier ministre chargé notamment de la Culture et des droits de l’Homme, a été "investi à l’unanimité" tard samedi soir, lors d’un congrès extraordinaire à Libreville, a affirmé le délégué à la Communication du RPG, Roger Mebang.

"Cela ne veut pas dire que nous remettons en cause notre appartenance à la majorité, nous (y) restons", a précisé M. Mebang.

"Il n’y aura pas de désistement"

Interrogé sur un éventuel abandon de la candidature de M. Mba Abessole à la demande du Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir), "locomotive" de la majorité, le responsable du RPG a répondu: "Il n’y aura pas de désistement. Paul Mba Abessole a le mandat des militants, il a été désigné en congrès", la décision ne lui appartient pas.

Né le 9 octobre 1939, Paul Mba Abessole est un ancien prêtre spiritain formé en France et a officié comme prêtre dans la capitale et à l’intérieur du Gabon.

Il a été un opposant radical au président Bongo, auquel il s’est allié en devenant en janvier 2002 ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme et faisant de son parti le principal allié du PDG. Il a été maire de Libreville, député et deux fois candidat à une présidentielle.

Le candidat du PDG connu le 18 juillet

Le Parti démocratique gabonais, fondé en mars 1968 par M. Bongo, devait sélectionner son candidat "par consensus" parmi une dizaine de postulants. Dans la liste, figuraient le Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, le ministre de la Défense Ali Bongo Ondimba et le ministre des Mines et du Pétrole Casimir Oyé Mba, considérés comme les trois mieux placés.

Le candidat du PDG doit être annoncé le 18 juillet.

La date précise de la présidentielle -à un seul tour- n’a pas été fixée, mais la Cour constitutionnelle a décidé qu’elle devra se tenir "au plus tard le 6 septembre".