Le village de Krindjabo rend un hommage princier à Michael Jackson

Par AFP

Le roi de la pop avait été intrônisé "prince du Sanwi" à l'occasion d'une tournée en Afrique ©

Le village de Krindjabo (sud-est) a rendu hommage samedi à Michael Jackson, décédé le 25 juin à Los Angeles. Le roi de la pop avait été intrônisé "prince du Sanwi" à l'occasion d'une tournée en Afrique.

Hommage princier pour le "roi de la pop" : Amon N’Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, a présidé ce week-end des funérailles en l’honneur de Michael Jackson, "fils" et "prince" de ce village depuis une visite en 1992.

Au lendemain du décès de la star le 25 juin à Los Angeles, les notables de ce royaume akan – grand groupe ethnique qui s’étend de la Côte d’Ivoire au Togo – avaient réclamé son corps afin que leur "fils" soit enterré à Krindjabo, conformément à la tradition.

S’ils n’ont pas obtenu satisfaction, ils ont toutefois décidé de dire solennellement adieu à "Michael Jackson Amalaman Anoh", qui avait été intronisé "prince du Sanwi" à l’occasion d’une tournée en Afrique.

"Michael Jackson fait partie de la lignée royale du Sanwi"

"Michael Jackson, que nous pleurons aujourd’hui, fait partie de la lignée royale du Sanwi suite à ses propres recherches faites par des généalogistes", affirme le président du comité d’organisation des funérailles, Olivier Kattié.

Flanqué d’une forte escorte de notabilités, le roi Amon N’Douffou V, pagne sombre et longue chaîne en or, a présidé ces cérémonies, qu’il a inaugurées samedi en acceptant les traditionnelles bouteilles de liqueur, devant près de 2. 000 personnes installées dans le "parc des rois", le stade du village.

Sous un ciel maussade, troupes de danse traditionnelle et sosies du "roi de la pop", notamment le Congolais Johnny Chancel, se sont succédé pour célébrer l’artiste.

Dimanche, après la messe, visiteurs et habitants de ce village de planteurs installé en pleine forêt ont de nouveau convergé vers le parc.

"Krindjabo te pleure, le Sanwi ne t’oubliera jamais"

Marthe Affoua, une coiffeuse de 27 ans, avait 10 ans lorsqu’elle fut désignée demoiselle d’honneur pour les cérémonies en l’honneur du chanteur de "Thriller". Elle brandit fièrement une photo qui la montre en compagnie de trois autres fillettes parées de bijoux et entourant l’invité de marque.

"Il nous disait à chaque fois de sa voix fluette ‘ça va!’ en nous faisant un signe du pouce", raconte cette jeune mère venue honorer la mémoire d’"un papa".

Restaurateurs et commerçants ont su mettre à profit l’émotion générale et la publicité inespérée apportée au village.

Des T-shirts à l’effigie de "Michael" proclamant "Krindjabo te pleure, le Sanwi ne t’oubliera jamais", se sont vendus comme des petits pains.

Confusion

Las, les festivités censées connaître leur couronnement avec la désignation, "conformément aux us et coutumes", du successeur de "Michael Jackson Amalaman Anoh", se sont achevées dimanche après-midi dans la plus grande confusion.

Après deux heures de débats sous les yeux d’un public étonné, la famille royale a finalement renoncé à accomplir le rite. La faute, a-t-on expliqué, à l’absence de certains membres de la famille.

"Le roi a suspendu la désignation, reportée à une date ultérieure", a expliqué à l’AFP François Anoh Kouao, chef de cabinet du souverain.

Le public, déçu, s’était déjà dispersé.

"Mais quelle est cette coutume qui n’est pas bien réglée?", maugréait en partant Jean-Paul Anoh, un étudiant venu d’Abidjan.