Fermer

Sommet inter-malgache prévu à Addis Abeba

Par AFP

La réunion visera à mettre en oeuvre les accords de Maputo ©

Un sommet réunissant les quatre chefs de file des principales mouvances politiques malgaches se tiendra à Addis Abeba les 3, 4 et 5 novembre, a annoncé mardi le médiateur de l'Union africaine dans la crise malgache, Ablassé Ouedraogo, à des journalistes.

"Au terme de ma mission à Antananarivo (débutée dimanche), je peux avec force confirmer que les chefs de file des mouvances politiques de Madagascar se rencontreront à Addis Abeba les 3, 4, 5 novembre 2009", a-t-il déclaré.

"L’objectif sera de compléter la mise en oeuvre des accords de Maputo", a-t-il ajouté.

Un précédent sommet prévu mi-octobre à Genève avait été annulé, le président évincé Marc Ravalomanana ayant plaidé avec insistance pour la tenue de cette réunion sur le continent africain.

Ce nouveau sommet, qui doit réunir l’actuel homme fort de l’île Andry Rajoelina, M. Ravalomanana et les deux ex-présidents Didier Ratsiraka et Albert Zafy, vise à lever les obstacles actuels à la mise en oeuvre des accords de sortie de crise de Maputo (signés le 9 août).

Blocage sur les postes clés

Ces accords ont notamment dessiné l’architecture d’une transition politique censée mener le pays à une élection présidentielle au plus tard fin 2010.

Lors d’une réunion le 6 octobre, les quatre mouvances ont ensuite trouvé un consensus: M. Rajoelina se voyait confier la présidence de la transition et Eugène Mangalaza, de la mouvance de M. Ratsiraka, était désigné Premier ministre en remplacement de Monja Roindefo.

M. Ravalomanana a depuis contesté cet accord de principe, répétant qu’il "n’accepterait jamais Andry Rajoelina à la tête de la transition".

Lâché par l’armée, le président Ravalomanana avait remis le 17 mars ses pouvoirs à un directoire militaire, qui les avait immédiatement transférés à Andry Rajoelina, l’ex-maire d’Antananarive, devenu en quelques mois son principal opposant au terme d’un mouvement populaire.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici