Fermer

La Somalie offusquée de ne pas accueillir le trophée de la Coupe du monde

Par AFP

La Somalie, pays ravagé par une guerre civile depuis 1991, s'est offusquée vendredi, par la voix de sa fédération de football, de ne pas être au programme de la tournée du trophée de la Coupe du monde.

Le fameux trophée de 6,175 kg d’or 18 carats et de malachite verte a quitté Zurich en septembre et fait étape actuellement au Kenya. Cette tournée dans plus de 50 pays africains culminera avec son arrivée en décembre en Afrique du Sud, où se déroulera le Mondial 2010, une première pour le continent africain.

La décision d’éviter la Somalie a provoqué la colère de la fédération de football de ce pays de la Corne de l’Afrique.

"Je ne sais pas pourquoi ils ont marginalisé la Somalie", a déclaré à l’AFP son vice-président Ahmed Nur Abdule.

La capitale Mogadiscio, théâtre d’affrontements très réguliers entre forces gouvernementales et insurgés islamistes radicaux, est considérée comme l’une des villes les plus dangereuses du monde.

"Nous faisons partie de la famille de la Fifa (Fédération internationale de football) mais nous nous sentons abandonnés", a déclaré M. Abdule, membre de la diaspora somalienne résidant à Londres.

"Faire venir le trophée à Mogadiscio aurait fait une différence"

"Nous pensons que le trophée aurait pu être acheminé en toute sécurité à Mogadiscio et présenté à notre président sous la protection des troupes de l’Union africaine stationnées dans la capitale", a-t-il regretté.

"La population somalienne est traumatisée par une longue guerre civile et faire venir le trophée à Mogadiscio aurait fait une différence. La majorité de la population n’aspire qu’à la paix", a-t-il estimé.

Le championnat de football en Somalie est interrompu depuis 2006, lorsque que les Tribunaux islamiques, défaits depuis, avaient pris le contrôle de la majeure partie du centre et du sud de la Somalie.

Ces derniers avaient à l’époque procédé à des arrestations d’habitants surpris en train de regarder une rencontre de la Premier League anglaise.

Le groupe des shebab, des insurgés islamistes radicaux qui contrôlent actuellement de larges portions du territoire somalien, imposent généralement aux amateurs de football d’abandonner leurs shorts pour jouer en pantalons.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici