Fermer

Un Malien inculpé pour l’enlèvement du couple d’Italiens

Par AFP

Le couple d'Italiens enlevé en Mauritanie (image obtenue le 30 décembre 2009) © Centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE)

Un Malien a été inculpé par la justice mauritanienne pour son "implication" dans le rapt de deux Italiens en décembre. Les autorités lui reprochent également d'appartenir à Al-Qaïda au Maghreb Islamique.

Un ressortissant malien, arrêté fin décembre en Mauritanie, a été inculpé et écroué à Nouakchott pour son "implication" dans l’enlèvement le 18 décembre de deux Italiens, revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a-t-on appris mardi de source judiciaire.

"Le juge anti-terroriste au tribunal de Nouakchott a inculpé lundi soir le terroriste présumé pour son implication dans l’enlèvement (des deux Italiens, ndlr) et pour appartenance à une organisation ayant pour but de commettre des actes terroristes" (appellation désignant habituellement Aqmi, ndlr), a précisé la source judiciaire.

"Collaboration" à l’enlèvement des Italiens

Le prévenu, Abderrahmane Ould Imidou, a été placé en détention à la prison de Nouakchott, selon la même source.

Il avait été interpellé, dans le sud-est de la Mauritanie, quelques jours après le rapt dans la région d’un couple d’Italiens qui se rendaient en minibus au Burkina Faso.

Une source au sein de la gendarmerie avait alors déclaré qu’Abderrahmane Ould Imidou avait été arrêté "alors qu’il achetait des provisions de nourriture dans un marché hebdomadaire, à Teidatt, non loin de Kobenni", près de la frontière avec le Mali.

Il était alors soupçonné d’avoir "assuré l’approvisionnement des bases d’Aqmi dans le nord malien" et d’avoir "collaboré" à l’enlèvement des Italiens, selon la même source. L’agence en ligne ANI (Agence Nouakchott d’informations) avait affirmé que l’homme avait "avoué avoir collaboré avec les preneurs d’otages pour les renseigner sur les mouvements des deux Italiens en contrepartie d’une somme d’argent importante".

Aqmi détient actuellement six otages européens: trois Espagnols, un Français et les deux Italiens, enlevés en novembre et décembre en Mauritanie et au Mali.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici