Fermer

Agathe Habyarimana : « j’ai peur que le FPR envoie ses escadrons »

Par AFP

Agathe Habyarimana en avril 1977. © AFP

La veuve de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana dit craindre pour sa vie depuis que la France et le Rwanda ont rétabli leurs relations diplomatiques.

"J’ai peur si jamais le FPR (le Front patriotique rwandais au pouvoir à Kigali) envoie ses escadrons. Parce que mon pays et la France ont renoué des relations", dit dans une interview au quotidien français Le Parisien de samedi l’épouse de l’ancien président Juvénal Habrayimana installée en France depuis douze ans.

Menacée d’extradition

Mme Habrayimana, âgée de 67 ans, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis en octobre 2009 par les autorités rwandaises pour génocide et crimes contre l’humanité et Kigali demande son extradition.

Elle a été brièvement arrêtée et entendue par la justice française début mars, quelques jours après une visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, la première d’un président français depuis le génocide.

Placée sous contrôle judiciaire, elle doit comparaître à une date non déterminée devant la cour d’appel de Paris qui statuera sur la demande d’extradition du Rwanda.

Prête à retourner au Rwanda "quand il y aura la paix"

"Il y a des jeunes du FPR qui viennent soi-disant étudier, mais vous ne savez pas s’ils sont vraiment étudiants", a ajouté Mme Habyarimana au Parisien.

Elle nie de nouveau toute responsabilité dans le génocide déclenché par l’attentat du 6 avril 1994 contre l’avion transportant son époux et qui a fait quelque 800. 000 morts, essentiellement tutsi, selon l’ONU.

Elle dément en particulier avoir appartenu à l’"akazu", le premier cercle du pouvoir hutu qui a fomenté les massacres, et accuse le FPR du président Paul Kagamé, au pouvoir depuis les évènements de 1994, d’en faire courir la rumeur.

Les responsables du FPR "ne sont que des manipulateurs. Des gens qui mentent. Ils ont tué mon mari. Mais pourquoi veulent-ils me tuer, pourquoi me diaboliser", demande-t-elle.

Elle ne se dit prête à retourner au Rwanda que "quand il y aura la paix".

Trois demandes d’extradition de personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide ont été rejetées par la justice française dans le passé en raison notamment d’une absence de garanties d’un procès équitable au Rwanda.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici