Fermer

Le nuage de cendres paralyse aussi Dakar

Par AFP

Un avion d'Air Sénégal sur le tarmac de l'aéroport international de Dakar. © AFP

L'espace aérien européen bloqué, ce sont plus d'un millier de voyageurs au départ du Sénégal qui n'ont pu prendre leur vol. Depuis jeudi, l'inertie la plus totale a gagné les compagnies, qui clouent tous leurs avions au sol en atendant la dispersion du nuage volcanique.

Plus de mille six cents passagers en partance pour l’Europe sont bloqués à Dakar en raison de la fermeture de l’espace aérien européen, touché par un nuage de cendres volcaniques, a-t-on appris samedi 17 avril auprès de la direction des Aéroports du Sénégal (ADS). Le nombre de "passagers prévus et qui ne sont pas partis" jeudi et vendredi en Europe est de "1634", selon un chiffre communiqué par la direction des ADS, qui dépend du ministère sénégalais des Transports aériens.

Les huit vols de compagnies européennes devant acheminer ces passagers ont tous été annulés, a indiqué la même source. La situation de samedi n’a pas été précisée.

"Des passagers (qui devaient quitter Dakar) ont été acheminés dans des hôtels" de la capitale sénégalaise en attendant que la situation change dans le ciel européen, avait indiqué à l’AFP un responsable des aéroports du Sénégal.

La paralysie du transport aérien due à l’immense nuage de cendres craché par un volcan islandais s’est aggravée samedi en Europe, plusieurs pays prolongeant la fermeture de leur espace, et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a estimé que les dommages causés au trafic dépassaient ceux du 11-Septembre.

Depuis jeudi, les compagnies aériennes ont été contraintes d’annuler près de 36 000 vols (18 600 vendredi et 17 000 samedi), selon Eurocontrol, l’organisme européen pour la sécurité de la navigation aérienne.

Les uns après les autres, les gouvernements ont fermé leurs espaces aériens et leurs aéroports, bloquant des dizaines de milliers de voyageurs.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici