Fermer

Ziguélé privé de voyage

Par AFP

Les opposants centrafricains Martin Ziguélé (à dr.) et André Kolingba en juin 2005. © AFP

L'opposant centrafricain Martin Ziguélé, Premier ministre de 2001 à 2003 et candidat à la présidentielle reportée à une date non fixée, s'est vu empêcher de prendre son avion de Bangui pour Cotonou par la police samedi soir, a-t-il affirmé.

"J’avais fini les formalités et je m’apprêtais à embarquer. La police de l’air et des frontières a alors retenu mes documents sans motif précis. Quelques instants après, un policier s’est présenté à moi, pour me demander de reprendre mes bagages parce que je ne pouvais plus voyager", a expliqué M. Ziguélé, joint à son domicile par téléphone.

"On a confisqué mon passeport"

"Selon lui (le policier), l’ordre venait du commissaire spécial de l’aéroport qui a confisqué mon passeport. Je l’ai cherché partout et je n’ai pas trouvé ce commissaire. Au moment où je vous parle je n’ai pas ces documents (passeport)", a précisé M. Ziguélé.

"Il s’agit d’un simple vérification, faite par la police de l’air et des frontières", a affirmé à l’AFP Fidèle Gouandjika, porte-parole du gouvernement, ministre intérimaire de la communication.

Simple "vérification"

"M. Ziguélé qui est rentré récemment d’un voyage de l’extérieur (il s’est rendu récemment en France ndlr) n’avait pas d’indications précises de police attestant qu’il est rentré par la voie normale. Après ces vérifications, ses documents lui seront rendus et il pourra voyager sans être inquiété", a conclu M. Gouandjika.

Figure de la scène politique centrafricaine, M. Ziguélé avait été candidat à la présidentielle 2005, poussant le président François Bozizé à un 2e tour.

Président du mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC), il a été investi par son parti pour la présidentielle 2010 prévue le 25 avril reportée au 16 mai, avant d’être reportée à une date ultérieure restant à déterminer.

Avant ce report, l’opposition n’avait déposé aucune candidature ni à la présidentielle ni pour les législatives, estimant qu’un nouveau recensement électoral était obligatoire. M. Ziguélé devrait donc être candidat à ce scrutin de même que l’actuel président François Bozizé et l’ex-président Ange Felix Patassé, renversé par Bozizé en 2003, qui avaient eux déposé des dossiers avant le report des scrutins.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici