Fermer

Les circonstances du décès de Patrice Lumumba doivent être clarifiées, d’après son fils

Par AFP

Patrice Lumumba salue les photographes alors qu'il quitte l'aéroport d'Idlewild, le 2 août 1960. © AFP

François Lumumba, fils du premier Premier ministre congolais assassiné en 1961, a réclamé dimanche une "clarification" des circonstances de la mort de Patrice Lumumba, affirmant qu'elle était nécessaire au renforcement de la coopération belgo-congolaise.

"Nous espérons que la présence du roi (des Belges Albert II à Kinshasa cette semaine) renforcera davantage la coopération belgo-congolaise tant souhaitée par le Premier ministre du premier gouvernement de la République démocratique du Congo, Patrice Emery Lumumba", écrit François Lumumba, président du Mouvement national congolais Lumumba (MNC-L), dans un communiqué adressé à l’agence Belga.

"Nous sommes convaincus que pour y arriver, les circonstances de l’assassinat de notre leader doivent nécessairement être clarifiées sur la base d’une justice transparente", ajoute le texte, diffusé à la veille de l’arrivée en RDC du souverain belge à Kinshasa pour le cinquantenaire de l’indépendance de l’ancien Congo belge.

Des membres de la famille Lumumba – dont François, le fils aîné – doivent déposer en octobre à Bruxelles une plainte au pénal avec constitution de partie civile contre douze Belges présents au Katanga lors de l’assassinat de ce héros national congolais, le 17 janvier 1961.

Un juge d’instruction belge devra notamment décider s’il y a ou non prescription.

Patrice Lumumba fut le premier Premier ministre du Congo-Kinshasa de juin à septembre 1960.

Après la prise du pouvoir par Joseph-Désiré Mobutu, il fut assassiné par des responsables du Katanga, région minière qui fit un temps sécession, avec le soutien de la Belgique. Les forces de sécurité belges ont été accusées d’avoir à tout le moins couvert l’opération, voire de l’avoir commanditée ou coordonnée.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici