Fermer

Kagamé relève les « absurdités » du projet de rapport de l’ONU

Par AFP

Paul Kagamé, le 9 août, à Kigali. © SIMON MAINA/AFP

En visite de travail à Londres, Paul Kagamé s'est exprimé jeudi pour la première fois sur le projet de rapport de l'ONU sur les crimes en RD Congo. Devant les participants à la Conférence Oppenheirmer 2010, le président rwandais a qualifié de "juste absurde" l'accusation de génocide contre son pays.

Le chef de l’État rwandais, récemment réélu pour un second mandat avec 93 % des suffrages, a également rejeté les critiques sur le processus électoral.

« Le résultat des élections au Rwanda est du à l’exercice de la liberté par les Rwandais plutôt qu’au manque de libertés », a-t-il affirmé devant l’Institut international pour les études stratégiques.

« Accuser les forces rwandaises ou le Rwanda d’avoir commis un génocide au Congo ou ailleurs, après ce qui est arrivé dans notre pays est juste absurde », a dit Kagamé. Selon lui, ce serait plutôt aux Nations unies d’être interrogées sur « ce qui s’est mal déroulé au Congo, dans la région des grands lacs ou même au Rwanda ».

Le président rwandais a vanté l’amélioration des relations entre la RD Congo et le Rwanda : « nous avons énormément arrangé les relations et cela continue », a-t-il dit.

Le projet de rapport contesté, dont l’AFP a obtenu une copie, accuse l’armée rwandaise de possibles crimes de génocide commis pendant la première guerre en République démocratique du Congo (1996-1998).

Le projet détaille les massacres, viols et pillages commis par des militaires de plusieurs pays et notamment du Rwanda au cours des deux guerres qui se sont déroulées dans l’ex-Zaïre.

L’ONU ne va publier que le 1er octobre le rapport accusant le Rwanda de crimes en RDC, un délai visant à laisser le temps aux « États concernés » de faire des commentaires qui seront ajoutés au document, selon le Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

Ces informations ont provoqué un tollé à Kigali, qui a menacé de retirer ses 3 550 soldats de la paix au Soudan si le rapport était publié.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro