Fermer

TP Mazembe – Inter Milan : match historique pour les Africains

Par AFP

Le TP Mazembe célèbre sa victoire contre Porto Alegre en demi-finale du Mondial des clubs. © AFP

Arrivé en finale de la Coupe du monde des clubs, le TP Mazembe affrontera samedi le champion d'Europe, l'Inter Milan. La présence d'un club du continent en dernière phase de la compétition consacre 2010 comme une année faste pour le football africain.

Le club congolais du Tout-Puissant Mazembe, surprenant finaliste du Mondial des clubs ce samedi, une première pour un club africain, offrira au continent noir l’occasion de clore en beauté une année 2010 historique en matière de football.

Samedi, en finale (17h00 GMT), Mazembe affrontera à Abou Dhabi l’Inter Milan, champion d’Europe, et vainqueur des Sud-Coréens de Seongnam Ilhwa mercredi soir avec un score de 3 à 0.

Si la Coupe du monde 2010 de football en Afrique du Sud a attiré comme jamais l’attention sur le continent, les résultats n’ont pas forcément suivi pour les équipes locales, seul le Ghana ayant réussi à cette occasion à se hisser jusqu’en quarts de finale.

Les autres pays qualifiés, Cameroun, Côte d’Ivoire, Algérie, Nigéria et Afrique du Sud sont tous restés bloqués en phases préliminaires.

Se montrer "à la hauteur"

Le monde a certes découvert les vuvuzelas et la passion des supporteurs africains, mais n’en était pas moins resté sur l’impression douce-amère que le football sur le continent n’était pas à la hauteur des espérances placées en lui.

Le Tout-Puissant Mazembe offre donc aux tifosi africains l’ultime chance de terminer dignement cette année historique.

Il est toutefois attendu au tournant, le souvenir de son échec lors du Mondial des clubs en 2009 demeurant très vivace. Le club, arrivé plein d’illusions, s’était finalement classé à une décevante sixième place, avec zéro victoire dans sa besace.

L’année de l’Afrique

Les clubs africains ont jusqu’ici peu brillé dans ce Mondial des clubs, qui s’est définitivement substitué à la Coupe intercontinentale en 2005.

Les Congolais ont d’autant plus surpris mardi en disposant des favoris brésiliens de Porto Alegre (2-0) en demi-finale, après avoir pourtant été très nettement dominés en première période.

« Tout le monde dit que c’est l’année de l’Afrique. Je l’espère. Le football africain a beaucoup progressé, nous sommes en train d’évoluer, chaque fois on nous prend plus au sérieux. On est dans le bon chemin et il y aura des résultats importants dans un futur pas très lointain », a affirmé l’entraîneur du Mazembe, le Sénégalais Lamine Ndiaye.

« On a une tête, un cerveau, deux bras, on est comme tout le monde. On a démontré au monde entier qu’il faut prendre au sérieux l’Afrique », s’est enthousiasmé le coach.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici