Nigéria : lancement de deux satellites pour la surveillance et la sécurité

Par AFP

L'entrée à Abuja du centre national de recherche spatiale, le 9 mai 2006. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Le Nigeria a annoncé jeudi avoir lancé deux satellites chargés de la surveillance des catastrophes naturelles, dont la sécheresse et les inondations, de l'amélioration de la production agricole et de la sécurité.

Les satellites, NigeriaSat-2 et NigeriaSat-X, ont été lancés mercredi à partir de la base de Yasny, en Russie, selon un communiqué.

Le gouvernement indique que ces deux satellites pourront être utilisés pour la gestion des forêts, la cartographie, la surveillance des catastrophes et des fonctions militaires et sécuritaires entre autres.

"Je félicite notre nation pour ce nouvel épisode des efforts de transformation pour atteindre l’autonomie. (…) Je félicite les Nigérians plein de compétences qui ont rendu possible cet épisode", a déclaré le président nigérian Goodluck Jonathan.

Le satellite NigeriaSat-X, a indiqué le président, a été conçu et construit par des ingénieurs et des scientifiques nigérians, alors que le NigeriaSat-2 a été construit en Grande-Bretagne avec la collaboration de la firme britannique Surrey Satellite Technology Limited.

Satellites multi-fonctions

"Les informations satellitaires nous permettront d’améliorer la sécurité alimentaire par la localisation des fermes, les alertes fournies aux agriculteurs sur la sécheresse, la meilleure façon de cultiver, la qualité de leurs sols", a expliqué à l’AFP Frank Chizea, directeur du projet.

Les données serviront aussi à localiser "les activités et mouvements des criminels, contrebandiers, militants, voleurs de pétrole, des biens, des armes et des équipements à l’intérieur du pays comme à travers les frontières", a-t-il expliqué.

Les informations des satellites sont aussi utiles pour lutter contre l’érosion côtière, la désertification, les inondations, et contrôler l’acheminement des aides humanitaires.

Un satellite nigérian avait été lancé en grande publicité en 2007 en coopération avec la Chine. Mais le satellite NigComSat-1, utilisé en particulier pour la téléphonie, l’internet haut-débit et la télévision, avait été jugé irrécupérable un an après en raison de problèmes techniques.
Il avait coûté 257 millions de dollars (205 millions d’euros).

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et principal producteur de pétrole, est confronté à d’énormes problèmes de sécurité, dont une insurrection islamiste dans le nord-est qui a fait des centaines de morts ces dernières années.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici