Politique

RDC : Tshisekedi se considère « président élu », veut prêter serment vendredi

L'opposant Tshisekedi veut prêter serment vendredi. © AFP

L'opposant congolais Etienne Tshisekedi, battu à la présidentielle en RD Congo par le sortant Joseph Kabila selon les résultats officiels qu'il conteste, se considère toujours le "président élu" de la RDC et veut "prêter serment vendredi", a-t-il déclaré dimanche.

Mis à jour à 17h44

"Je vais prêter serment vendredi prochain devant le peuple réuni au stade des martyrs à Kinshasa", a déclaré l’opposant en répétant qu’il se considérait toujours président élu de la RDC.

Depuis son domicile à Kinshasa, M. Tshisekedi, qui a eu 79 ans cette semaine, a d’abord fait une déclaration au peuple congolais avant de répondre à la presse.

"Je me suis considéré président élu de la République démocratique du Congo et c’est à ce titre que je m’adresse à vous ce soir en remerciant le peuple de la confiance qu’il n’a cessé de me témoigner", a-t-il dit.

Portant son éternelle casquette, M. Tshisekedi, chemise blanche, costume et cravate sombre, a fait sa déclaration assis à une table, le drapeau congolais hissé sur une hampe derrière lui.

Son directeur de cabinet, Albert Moleka, avait d’emblée donné le ton en lançant un sonore "Bienvenue à la présidence de la République" aux journalistes et aux dizaines de partisans réunis dans le jardin de la modeste villa de Tshisekedi.

Interrogé sur le climat actuel dans le pays, ce dernier a demandé aux Congolais de garder (leur) calme et (leur) sérénité (…) et de créer un climat de confiance dont les investissaurs ont besoin.

"Pas prêt à négocier"

"Je ne suis pas prêt à négocier avec (Daniel Ngoy) Mulunda (le président de la Commission électorale, Céni) ni avec (Joseph) Kabila", a-t-il également déclaré, alors que l’un des candidats battus à la présidentielle du 28 novembre, l’opposant Vital Kamerhe, s’était dit prêt à un dialogue avec le président sortant.

La Cour suprême de justice a confirmé vendredi le résultat provisoire du scrutin à un tour donné par la Céni en proclamant la victoire de Joseph Kabila avec 48,95% des suffrages contre 32,33% à M. Tshisekedi.

Ce dernier avait rejeté les chiffres de la Céni et s’était alors autoproclamé président élu de la RDC.

Les scrutin a été entaché de multiples irrégularités dénoncées par des observateurs électoraux et des pays occidentaux.

Le président Kabila doit prêter serment mardi.

Fermer

Je me connecte