Fermer

Can 2012 : une victoire des Éléphants pour « réconcilier » les Ivoiriens

Par AFP

"Union sacrée !", clame en "Une" le quotidien Nord-Sud. © AFP

La presse ivoirienne se montrait samedi confiante dans une victoire de la Côte d'Ivoire en finale de la CAN-2012 dimanche contre la Zambie, un sacre qui pour beaucoup serait un "levain de la réconciliation" après la crise politique meurtrière de 2010-2011.

Les Eléphants sont les "grandissimes favoris", souligne Soir-Info (indépendant), traduisant l’état d’esprit général. Zambie contre Côte d’Ivoire, c`est "David contre Goliath", insiste le quotidien d`Etat Fraternité-Matin, tout en appelant à se méfier des Chipolopolos.

Mais l’enjeu du match va bien au-delà du sport dans un pays qui sort d`une crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011) ayant fait quelque 3000 morts, épilogue d`une décennie de tourmente.

Le peuple ivoirien "attend de tous ses voeux ce levain de la réconciliation nationale, pour une réunification totale" du pays, affirme L’Inter (indépendant).

"Héros"

"Union sacrée !", clame en "Une" Nord-Sud, un des quotidiens soutenant le président Alassane Ouattara, au pouvoir depuis la fin de la crise.

Le capitaine Didier Drogba et ses coéquipiers sont "des héros qui représentent la somme de toutes les opinions politiques, de toutes les ethnies et de toutes les régions de Côte d’Ivoire", avance le journal, jugeant qu’avec une victoire "le peuple fera un grand pas vers son unité".

Si la presse proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, détenu à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, souhaite aussi une "consécration" des Ivoiriens, elle n’oublie pas de défendre l`héritage de son mentor.

"Parachevez l’oeuvre de Gbagbo et (Jacques) Anouma", le précédent patron de la Fédération ivoirienne de football (Fif), écrit ainsi le quotidien Notre voie à l’adresse des Eléphants, avec à l’appui une ancienne photo de l’équipe aux côtés du président déchu et de son épouse Simone Gbagbo.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici