Fermer

Ouganda : la vidéo sur Joseph Kony va aider à l’arrêter, selon le procureur de la CPI

Par AFP

Le chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) Joseph Kony , le 12 novembre 2006. © AFP

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, s'est dit confiant dans l'arrestation du criminel de guerre ougandais Joseph Kony et a rendu hommage à la vidéo qui lui est consacrée et fait sensation sur internet.

M. Moreno-Ocampo a évoqué samedi au cours d’un déplacement à Los Angeles la campagne lancée début mars par l’ONG américaine Invisible Children pour que M. Kony soit traduit devant la justice. Une vidéo de 30 minutes sur Joseph Kony, diffusée sur internet, a été vue des dizaines de millions de fois.

"Je pense que Invisible Children va provoquer l’arrestation de Joseph Kony cette année", a déclaré le procureur de la CPI après avoir rencontré des réalisateurs de la vidéo.

"C’est la force de leur campagne. La vidéo de Invisible Children sensibilise le public et oblige par là même les institutions à parvenir à des résultats", a-t-il ajouté.

Kony, un ex-enfant de choeur semi-analphabète, a pris en 1988 la tête de la LRA dont l’objectif était de remplacer le gouvernement à Kampala par un régime fondé sur les Dix commandements.

Il est inculpé de viol, mutilations, meurtres et recrutement d’enfants par la Cour pénale internationale (CPI) et plusieurs armées de la région sont à sa poursuite depuis 2008, pour l’heure sans succès.

Kony en Centrafrique ?

A propos de son arrestation, le procureur de la CPI a estimé: "Je ne pense pas que les militaires américains vont l’arrêter. L’armée ougandaise soutenue par les Américains avec la République centrafricaine vont le faire", a-t-il dit.

Il y a huit jours, le représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique centrale Abou Moussa avait estimé que le chef de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) Joseph Kony se trouverait en République centrafricaine à la tête de quelques centaines d’hommes.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici